Nos fantasmes et leurs inquétudes

Magazine Hommes & Femmes  
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami

Les fantasmes sont rattachés aux méandres de l'inconscient et pour cette même raison, ils échappent à notre contrôle. C'est pourquoi certains d'entre eux peuvent être source d'inquiétude : ils semblent être en contradiction avec ce que l'on est et ce que l'on veut. Quand on s'intéresse à ses fantasmes, il vaut mieux faire preuve de légèreté et accorder un peu de fantaisie à notre inconscient.

Fantasmer sur un autre homme que mon partenaire, est-ce le tromper ?

Rien de répréhensible, ni de grave concernant la santé de votre couple ! Si vous vous couchez chaque soir à côté de votre compagnon, il n'y a rien d'étonnant à ce qu'il ne soit pas, en plus, l'acteur principal de vos films personnels et que vos rêveries vous poussent vers un autre, people ou inconnu. Cela ne signifie absolument pas que vous rêvez de le tromper, ni même que vous êtes insatisfaite de votre vie sexuelle, encore moins que vous l'aimez moins, mal, ou pas suffisamment. Simplement, notre fonctionnement psychique différencie le sexuel de l'amour, alors que nous aimerions bien faire coïncider les deux. Or, l'inconscient est pulsionnel et ne fonctionne pas avec la morale qui, elle, se construit de façon consciente.

Fantasmer en faisant l'amour, est-ce bizarre ?

Pendant les rapports sexuels, la pulsion prend le dessus (il ne faut pas oublier que l'énergie sexuelle est extrêmement puissante), et on peut parfaitement avoir des fantasmes qui ne correspondent pas à la réalité du moment, ni au partenaire avec lequel on est à ce moment-là. N'ayez donc pas honte car ces fantasmes s'expriment malgré vous, et autorisez‑vous à les accepter comme tels. Même s'ils surviennent en pleine action, ne les prenez pas pour des velléités d'adultère, mais utilisez‑les pour vous stimuler, pour augmenter votre excitation et votre désir, et en faire profiter votre compagnon de jeux sans aucune gêne… Il n'a pas besoin de savoir ce que vous avez dans la tête à cet instant, l'essentiel est que, même si vous fantasmez « ailleurs », c'est bel et bien avec lui que vous faites l'amour et prenez du plaisir… Toutefois, si ces rêveries mentales sont systématiques, si fantasmer pendant l'acte vous est indispensable pour avoir du plaisir, interrogez‑vous, car cela peut révéler une défaillance de la relation avec votre partenaire, comme une obligation de vous ressourcer ailleurs, une échappatoire…

Je fais des rêves érotiques avec une femme, sont-ils le signe d'une homosexualité refoulée ?

Tout être humain possède une dimension homosexuelle, acceptée ou refoulée : cela n'a rien d'étrange et encore moins de pathologique, mais fait partie, au contraire, de notre univers sexuel naturel. Fantasmer et s‘imaginer caresser (ou se faire caresser par) une autre femme revient simplement à laisser s'exprimer cette dimension homosexuelle refoulée. Cela ne signifie donc absolument pas qu'on en serait capable ou même qu'on en aurait envie dans la réalité. Même quand on se donne la possibilité de vivre ce fantasme par un passage à l'acte avec une autre femme, cela n'est pas non plus le signe d'une homosexualité, mais simplement qu'on s'autorise, pour l'expérience, la possibilité de vivre ce fantasme et cette part d'homosexualité présente en chacun(e) de nous.

Les fantasmes sont-ils révélateurs de ma frustration ?

Cela peut arriver… En réalité, tout dépend des fantasmes ! Quand on est véritablement dans une expression fantasmatique avec des scénarios un peu délirants (originaux, exotiques, etc.), ils ne sont pas le signe d'une frustration quelconque mais bel et bien d'une libido en pleine forme. Par contre, en cas de frustration sexuelle, les fantasmes deviennent plus directs, leurs scénarios plus basiques, plus proches du réel : on s'imagine en train de faire l'amour avec un partenaire précis (un homme qui nous plaît par exemple), pour compenser la réalité. Dans ce cas, on fait, en rêve, ce qu'on ne peut pas faire dans la vraie vie… Il devient alors intéressant de s'interroger sur cette frustration.

Annonces contextuelles