Illustration

5 conseils pour apprendre à mieux convaincre

Magazine Articles Développement personnel  Afrique
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

Bonjour,

Tout au long de sa vie, il faut faire preuve de conviction et souvent apprendre à mieux convaincre: auprès de ses parents pour négocier une sortie ou un week-end, de ses profs lors d'un exposé ou d'un examen oral, au cours d'un entretien d'embauche, et bien sûr, plus tard, dans ta vie professionnelle.

On n'utilise pas les mêmes arguments pour convaincre ses parents ou un prof. Il faut donc adapter sa stratégie en fonction de la situation.

Savoir convaincre, c'est important : une qualité qui permet de défendre ses positions et de se faire respecter. Et contrairement aux idées reçues, une personne convaincante est rarement autoritaire. Elle sait simplement utiliser les bons gestes et les bons mots, au bon moment.

L'art de convaincre s'apparente à un mini match à mener : il faut être motivé, concentré et savoir faire mouche au bon moment. Voici comment apprendre à convaincre.

5 étapes pour convaincre.

Pour se montrer convaincant (e)au bon moment, il faut être psychologiquement et physiquement préparé(e)… La force de persuasion s'accorde assez mal avec l'improvisation.

Première étape :

On s'isole pour mieux se concentrer. On se fait une petite séance de self-coaching !

Deuxième étape :

On fait l'inventaire des idées que l'on veut faire passer. Sélectionnez les 2 ou 3 idées les plus importantes, celles qui traduisent le mieux l'objectif à atteindre… Inutile de noyer son auditoire sous un imbroglio d'arguments : montrez-vous direct(e)

Troisième étape :

On part gagnant(e). Pour se montrer convaincant(e), il faut être soi-même convaincu(e)… Ne laissez à aucun moment la peur ou le doute s'insinuer dans votre esprit.

Quatrième étape :

On anticipe les objections : votre argumentation n'est pas infaillible. Votre force : en repérer les failles et savoir y répondre.

Cinquième étape :

On prend l'auditoire à partie. Votre interlocuteur sera plus sensibilisé par ce que vous dites, s'il se sent concerné.

Les petits PLUS

  • Avant de vous lancer, faites quelques exercices de respiration, pour évacuer le stress.
  • Devant vos interlocuteurs, travaillez vos gestes et votre posture : tenez-vous droite, le regard franc et déterminé, évitez de croiser les bras. Posez votre voix en prenant le temps d'articuler et d'aérer régulièrement votre discours par des mini-pauses de respiration.
  • Au cours du discours, montrez-vous assuré(e), sans en faire trop : le débat doit rester ouvert. Restez aussi attentif (ve) aux réactions de vos interlocuteurs : pratiquez l'écoute active qui vous permettra d'anticiper leurs objections, sans vous laisser pour autant déconcentré(e) ou déstabilisé(e).

A éviter

L'agressivité et le manque de confiance en soi. Les deux vont parfois de pair.

Poser sa voix ne veut pas dire hausser le ton. Restez ouvert(e) au point de vue de l'autre. Et si ce dernier n'est pas disposé à recevoir vos arguments, n'insistez pas : il y aura toujours une meilleure occasion à saisir.

BERTIN TCHINDA Coach Manager PNL et Analyse Transactionnelle,Enseignant des Universités,Consultant en Développement Personnel
www.peacefulteam.net
Tel : 00237 94 04 10 38/75 02 32 22 (Cameroun)/ 001 302 918 0626(USA) /Skype :bertilaud www.facebook.com/peacefulcm

Et vous ? Qu'en pensez-vous ?
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami