Illustration

Géostratégie Africaine : Une carte géographique peut cacher une stratégie de subordination mentale (partie 2/5)

Magazine Articles Management  Afrique
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

UNE CARTE GEOGRAPHIQUE PEUT CACHER UNE STRATEGIE DE SUBORDINATION MENTALE (partie 2/5)

de Jean-Paul Pougala

C- LA GEOGRAPHIE COMME INSTRUMENT POLITIQUE

On considère par erreur que la géographie est une matière qui présente de façon objective l'étude de la surface de la terre et de ses habitants. Non, c'est faux. Pour paraphraser Giordano Bruno, la Science ment, la géographie ment avec pour objectif de participer à un lavage de cerveau dans l'optique d'avoir des dominés et des dominants qui s'installent chacun dans le rôle que le système veut bien lui assigner.
Par exemple sur les noms des régions du monde :

  • L'Asie du Sud-Est : c'est une appellation crée de toute pièce par les Etats-Unis d'Amérique en 1943 pour officiellement désigner un théâtre de guerre dans l'agenda militaire du Pentagone. Mais la vraie raison est ailleurs : en 1943, l'Inde était une colonie britannique. Et son indépendance ne fait plus de doute. Pour éviter qu'une fois devenue indépendante elle devienne une puissance régionale avec des prétentions territoriales au-delà de ce que le Royaume-Uni autorisait, toute cette partie de l'Asie qui est depuis des siècles sous influence culturelle et économique de l'Inde, va changer de nom et s'appeler désormais ASIE-DU-SUD-EST, et non plus comme avant l'Inde au-delà du Gange. A l'indépendance, cela ne suffit pas. L'Inde sera encore divisée en 2 parties dont le Pakistan et n'aura plus aucun moyen idéologique pour étendre une quelconque influence sur ce fameux Asie du Sud-Est. Aujourd'hui, à la question, « combien de pays compte l'Asie du Sud-Est ? » nul ne peut le dire avec certitude. Par exemple l'ASEAN, l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est créée en 1967 compte 10 pays membres, alors que l'IATA, l'Association internationale du transport aérien dénombre 29 pays, pour établir le prix des billets d'avion et le calcul des taxes. Une preuve que la géographie est bien à géométrie variable et n'a aucune objectivité dans ses classifications.
  • Le Proche-Orient et le Moyen-Orient sont des termes péjoratifs, chauvins utilisés par les occidentaux depuis la création du mot en 1902 par le théoricien militaire américain Alfred Mahan pour définir et délimiter cette zone de théâtre militaire. Il relègue des zones en périphérie afin de confirmer la centralité de l'Europe. C'est en effet « proche » ou « moyen », vu d'Europe, à partir de l'Europe. Mais il y a un autre motif tout aussi morbide, c'est celui de créer une division idéologique dans la tête des personnes pour éloigner d'eux l'idée de l'union, de la fédération, de la confédération. Comment expliquer que toute l'Europe et l'Amérique du Nord distants de 10.000 km se retrouvent dans une seule région appelée OCCIDENT ? Alors que du Liban à l'Inde en seulement 1500 km on passe du proche Orient au Moyen-Orient et du Moyen-Orient à l'Asie. Comme si le Liban n'était pas en Asie. C'est ce qui va expliquer que toutes les fédérations de pays qui ont été créées après les indépendances de ces pays, ont suivi cette logique coloniale de la division. Un libanais ne s'imagine pas dans la même union continentale qu'un indien parce qu'il est convaincu de ne pas habiter le même continent. Voilà pourquoi la Ligue Arabe est une entité affaiblie dès sa création par cette anomalie d'être un regroupement ethnique et non continental. Elle se trouve pour cela, à la merci des européens à l'origine de sa création. Le nivellement sur les positions de l'Occident dans les crises libyenne en 2011 et syrienne en 2012 sont là pour le prouver. Depuis quelques années, des mouvements de prise de conscience ont vu le jour et, un peu partout, ont été bannis par les asiatiques. Les termes de Proche-Orient et Moyen-Orient, sont remplacés par des mots plus raisonnables comme Asie de l'Ouest ou Asie du Sud-Ouest. Désormais, même les Anglo-saxons ont compris la bêtise d'une telle appellation et ont banni de leur vocable l'expression Near-Orient (Proche-Orient). Ce ne sont plus que les universitaires, politiciens et médias français qui utilisent encore cette expression de Proche-Orient.
  • Certains medias français et britanniques tentent le vieux rêve colonial de séparer l'Egypte de l'Afrique et c'est pour cela qu'ils vont systématiquement classer l'Egypte au Proche-Orient pour les Français et au Moyen-Orient pour les Britanniques. D'autres vont encore plus loin et étendent le Moyen-Orient jusqu'au Maroc, même si c'est ridicule, ils ont pour le moins la consolation d'avoir contribué à morceler l'Afrique au-delà du doute raisonnable.
  • En 2011, les mêmes médias ont inventé le mot « printemps arabe », pour définir un mouvement sur le sol africain, en Tunisie et jamais ils n'ont utilisé le mot printemps africain. Ce n'est pas par oubli ou par ignorance, tout est bien calculé.
  • La notion de Nord et Sud du monde est complètement fallacieuse, fausse, trompeuse. La raison voudrait que le monde soit divisé en deux parties par l'équateur, les parties situées d'une et de l'autre de l'équateur s'attribue la dénomination de Nord d'un côté et Sud de l'autre. Dans cette logique purement mathématique, les ¾ de l'Afrique seraient situés dans l'hémisphère Nord. Ainsi, le Tchad, le Sénégal, l'Ethiopie, le Ghana, le Cameroun, le Soudan etc… qui sont des pays situés géographiquement au dessus de l'Equateur, sont dans l'hémisphère Nord, alors que la Zambie, le Madagascar, l'Angola, le Mozambique etc… situés de l'autre côté de l'Equateur sont dans l'hémisphère Sud. Mais la géographie officielle créée par le système dominant dit de l'Occident a artificiellement inventé un Nord et un Sud qui n'existe que dans nos têtes tel que la propagande nous a habitués. Ainsi elle a assigner des adjectifs laudateurs, flatteurs, élogieux pour le premier, ce fameux Nord et complètement irrespectueux, injurieux et vexants pour le second appelé Sud. Ainsi, selon ces variables immuables, le Nord est riche quoi qu'il advienne ; il y a deux siècles il était déjà considéré « développé » alors même qu'il n'y avait ni électrification des villes, ni routes bitumées, ni hôpitaux, ni téléphone etc… Comme le ridicule ne tue pas, on a inventé un nouvelle variable intermédiaire pour des pays qu'on attendait pas dans le cercle vertueux des pays bénis : « pays émergeants », ils peuvent tout faire, ils ne seront jamais « pays développés », car c'est un titre qu'on acquiert par transmission de sang et non de l'effort. Il s'agit d'une technique déjà inaugurée en Afrique du Sud par les racistes du système de l'apartheid en créant un parlement pour les Métis, les Mulâtres et les Indiens, comme une zone tampon de sécurité pour se protéger des autres plus nombreux et réputés moins vertueux.

(La suite plutard...)

Et vous ? Qu'en pensez-vous ?
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami