Illustration

Se serrer la main, un danger pour la santé

Magazine Santé & bien être
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

Une étude américaine recommande d'éviter de se serrer la main afin de limiter la transmission de bactéries. Dans le même temps, l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé lance une campagne de sensibilisation sur les bronchiolites en cette période de grand froid. 

Serrer la main est un geste qui peut vous rendre malade. Et en cette saison propice au développement des bactéries en tous genres, il vaut mieux se saluer "comme les d'jeuns", poing contre poing. Ces surprenantes recommandations sont faites par des chercheurs qui publient leur étude dans la très sérieuse revue américaine Journal Of Hospital Infection, relayée par le site Slate.fr.

Selon cette équipe de scientifiques de la West Virginia University, "jusqu’à 80% des individus conservent, après s’être lavés les mains, sur leurs doigts et dans la paume des bactéries susceptibles de transmettre des maladies." Leurs mesures montrent que se serrer la main expose trois fois plus de surface de peau qu'un salut avec le poing. Et surtout, le geste dure près de trois fois plus longtemps. Autant de facteurs favorisant la transmission de bactéries multiples.

L'Inpes et les risques de bronchiolite

Les scientifiques alertent aussi sur les dangers que représentent les poignées de porte et recommande de les pousser, comme cela se fait déjà dans les hôpitaux, où elles ont d'ailleurs été retirées pour la plupart. Si l'information peut paraître légère, elle ne l'est pas du tout. Le 18 novembre dernier, lors de la journée européenne de sensibilisation aux antibiotiques, des chercheurs britanniques ont alerté sur les risques que comportent l'apparition de nouvelles bactéries multirésistantes, dont beaucoup trouvent refuge dans le creux de nos mains.

De son côté, l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) interpelle également le public sur les risques encourus par les nourrissons, particulièrement exposés aux bactéries en cette période de grand froid. Selon une statistique de l'Institut, seulement 6 Français sur 10 se lavent les mains avant de s'occuper d'un bébé. Avec un risque accru de contracter le virus de la bronchiolite, qui peut survivre jusqu'à 6 heures sur un objet ou sur les mains. Chaque année, 460 000 cas de bronchiolite sont recensés parmi les enfants de 0 à 2 ans, soit 30 % des nourrissons, selon l'Inpes.

Le masque chirurgical, un rempart efficace

Autres statistiques inquiétantes : 37% de la population, dont 29% des parents, affirment ne pas utiliser systématiquement du savon quand ils se lavent les mains. Sur son site, l'Institut détaille toute une série de mauvaises habitudes à éviter et de bons gestes à faire lorsqu'on s'occupe d'un enfant en bas-âge, particulièrement en période de froid. Outre les conseils évidents - mais toujours bon à rappeler - d'autres sont plus surprenants, comme le port du masque chirurgical : l'Inpes note ainsi que "6% des parents de jeunes enfants ont recours au masque pour éviter de contaminer leur entourage lorsqu'ils sont grippés ou enrhumés." Un chiffre faible, mais une technique pourtant très efficace.

S'il est difficile de passer au travers d'un coup de froid, des virus ad hoc et autres bactéries hivernales, se laver les mains énergiquement avec du savon, voire une solution alcoolisée, pendant au moins trente secondes reste le geste le plus simple pour préserver la santé de vos proches. Et de vos jeunes pousses, donc.

metronews

Et vous ? Qu'en pensez-vous ?
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonces contextuelles