Illustration

Chômage, sous-emploi, patriotisme des jeunes: Le discours attendu du chef de l’Etat

News Actualité  Cameroun
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

Paul Biya s’adresse à ses concitoyens ce soir, à la veille de la célébration de la 48ème édition de la fête nationale de la Jeunesse. 

Les défis qui touchent aux jeunes sont nombreux, en particulier ceux qui concernent l’emploi. Le chef de l’Etat devra rassurer ses compatriotes sur la main d’œuvre effectivement fournie par les projets de développement en cours comme le Port en eau profonde de Kribi, le barrage de Lom Pangar ou encore le projet Memve’ele. Des initiatives ont déjà été prises par le gouvernement comme le recrutement de 25.000 jeunes camerounais dans la Fonction publique, décision qui avait été prise par le chef de l’Etat le 10 février 2011. Selon l’Institut national de la statistique (INS), la frange de la population des 16-40 ans constitue 37% de la population totale du Cameroun et serait la plus affectée par le chômage et le sous-emploi. En 2010, les chiffres officiels indiquaient un taux de chômage de 4,4% « apparemment bas, fortement masqué par un sous-emploi global (une sorte de chômage déguisé) qui touche plus de 70% de personnes en activité», relève l’INS. Les organisateurs de l’édition 2014 de la fête nationale de la jeunesse ont mis l’accent sur des éléments politiques à travers le thème : « Jeunesse, patriotisme et promotion de l’intégration nationale ».

 

Le 31 décembre 2013, le chef de l’Etat camerounais, dans son traditionnel discours « à la Nation », faisait état de certaines tares qui pourraient contraindre le rêve d’ « émergence » du Cameroun à l’horizon 2035 comme édicté dans les nombreux documents de politique économique du pays. Paul Biya soulignait notamment à l’endroit de ses compatriotes : « nous sommes un peuple d’individualistes », en indexant notamment l’administration publique qui aurait relégué l’intérêt général au second plan. Il avait également tancé son gouvernement ainsi que les cellules de suivi des projets « structurants » qui tardent à produire des résultats. Les commentateurs politiques y avaient alors décrypté un mécontentement du chef de l’Etat à l’endroit de ses collaborateurs. Exprimera-t-il un pareil mécontentement, une satisfaction à l’endroit de la jeunesse camerounaise ce soir dans son discours en prélude à la célébration de la fête nationale de cette catégorie qui représente la majorité de la population ? Rendez-vous ce 10 février à 20h00 pour le discours du chef de l’Etat camerounais.

Par Eugène C. Shema, Journal du Cameroun

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami