Illustration

Comment la municipalité de Mavoko est passée d’une ville dortoir à un pôle industriel

News Actualité  Kenya
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

Dans bien de cas, la municipalité de Mavoko située à la périphérie de Nairobi attire depuis un certain temps de nouvelles entreprises et ceci, au détriment de Nairobi. Cet article est une analyse des avantages offert par la municipalité de Mavoko ainsi que ses effets non voulus tels que des pratiques occultes engendrées par la course vers l'acquisition de la propriété foncière dans cette localité.

Située dans la région métropolitaine de Nairobi, la municipalité de Mavoko est l'une des communes les plus anciennes du Kenya. Sa création remonte à 1948. Cette municipalité qui se décrit elle-même comme une ville dortoir adossée à Nairobi occupe une surface de 693km2 et abrite une population estimée à 80 000 habitants. Jusqu'à la moitié des années 1990, elle s'est très peu développée à cause de son relief et surtout du mauvais état de sa voirie.

A l'instar de la plupart des localités Kenyanes, la commune de Mavoko a battait de l'aile pendant de nombreuses années à cause de son incapacité à fournir des services adéquats à ses habitants. Néanmoins, un programme de gestion basé sur la performance à été élaboré en vue d'assurer la compétitivité de la localité parmi les autres communes du pays. La commune a reconnu que la délivrance de patentes et les revenus fonciers constituaient ses plus grandes richesses. Elle a donc entrepris de doter la localité de nouvelles infrastructures et de renouveler les anciennes. La situation stratégique de cette commune a également constitué un facteur d'attraction pour les investisseurs.

Compte tenu de sa situation à cheval sur les deux autoroutes qui relient Nairobi et Mombassa ainsi que la Tanzanie, le gouvernement central a saisi l'avantage qu'offre cette situation géographique idéale en créant une zone franche industrielle sur le fleuve Athi – située au chef-lieu de la municipalité.

Lire la suite

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami