Illustration

En Tanzanie, un centre d’emploi à guichet unique facilite la mise en relation des travailleurs et des employeurs

News Actualité  République-Unie de Tanzanie
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

Avec l'aide de l'OIT, une agence pour l'emploi de Dar es-Salaam passe au numérique et facilite la recherche d'emploi.

Rama Sagama vit à Tabata, une banlieue très peuplée, en pleine expansion, de la plus grande ville de Tanzanie, Dar es-Salaam et, depuis trois ans, il est au chômage. Avec environ 10 km de marche pour se rendre dans les locaux de l'Agence des services pour l'emploi de Tanzanie (ASET) en ville, il est encore plus difficile pour lui de trouver du travail. Cependant, grâce à l'agence, M. Sagama a finalement trouvé un emploi de responsable des achats au bureau de DHL à Dar es-Salaam.

A l'avenir, grâce à l'apport d'ordinateurs offerts, M. Sagama et d'autres demandeurs d'emploi pourront utiliser les services de l'agence sans avoir à quitter leur domicile. Assistés par la technologie, les bureaux de l'ASET se sont transformés en un centre pour l'emploi à guichet unique, qui permet aux chômeurs et aux employeurs de s'enregistrer et d'interagir à distance via Internet. Actuellement, seuls 13 pour cent des Tanzaniens utilisent Internet.

En Tanzanie, le taux général de chômage est de 11,7 pour cent tandis que celui des jeunes se situe à 13,4 pour cent. A Zanzibar, le taux de chômage des jeunes est encore plus élevé, s'élevant à 17,1 pour cent.

Bien que ce pays qui abrite des attractions touristiques telles que le Mont Kilimandjaro, le cratère du Ngorongoro et 16 parcs naturels ait amélioré ses perspectives économiques grâce au tourisme, il reste l'une des nations les plus pauvres au monde, avec près de 68 pour cent de sa population vivant avec moins d'1,25 dollar par jour.

L'apport de la technologie

Le système d'information sur le marché du travail de l'ASET a été ouvert en juillet 2008 mais l'apport de la technologie en fait un guichet unique pour les demandeurs d'emploi.

C'est aussi, malheureusement, le seul en son genre en Tanzanie. «Le centre devrait fournir ses services dans toutes les régions du pays», affirme M. Sagama.

Flora Minja, de l'Organisation internationale du Travail (OIT), coordinatrice du programme national pour les politiques d'emploi dans le cadre du Plan des Nations Unies pour l'aide au développement, a rappelé que l'OIT avait fait don de huit ordinateurs avec les unités centrales, les moniteurs, un scanner et une imprimante. «Avec cette technologie, les demandeurs d'emploi peuvent facilement entrer en contact avec les employeurs en ligne», explique-t-elle.

Selon le ministre du Travail et de l'Emploi de Tanzanie, le pays a l'intention de créer plus de 700 000 nouveaux emplois en 2014. Jusqu'à présent, plus de 630 000 postes ont déjà été créés dans l'agriculture, l'éducation, la construction, l'énergie et les minerais, la santé, les PME, la communication et le secteur privé.

«Le centre à guichet unique peut potentiellement aider à atteindre ces objectifs en reliant les demandeurs d'emploi aux employeurs grâce à la diffusion d'informations sur les offres d'emploi disponibles», affirme Boniface Chandaruba, Directeur par intérim de l'ASET.

Edwin Kikuli est le Directeur général d'Infratech Limited à Dar es-Salaam. En tant qu'employeur, il dit avoir utilisé le centre sur site par le passé quand il recherchait un adjoint administratif. Il prévoit d'utiliser le service numérique la prochaine fois qu'il recrutera du personnel.

«Cela va à coup sûr m'aider dans mon travail de recrutement et me faire gagner du temps puisque je pourrai le faire dans le confort de mon bureau», ajoute M. Kikuli. Il fait une simple suggestion pour améliorer le centre: «J'espère aussi qu'il sera davantage promu auprès du grand public.»

Etendre le système aux outils portables comme les téléphones mobiles et les iPad est le but ultime, mais il se heurte pour l'instant à la faiblesse de la bande passante d'Internet et à un usage limité du web en Tanzanie. M. Chandaruba ajoute: «Nous attendons encore des conseils et consignes techniques de la part du ministère du Travail et de l'Emploi.»

Le nombre de demandeurs d'emploi et d'employeurs démontre clairement la nécessité d'un centre d'emploi fonctionnant en ligne. Au cours des six ans écoulés depuis l'ouverture du guichet par l'ASET, un total de 1 138 employeurs ont visité le site et 14 095 demandeurs d'emploi se sont enregistrés. Plus de 7 272 chômeurs ont été mis en relation avec des employeurs et plus de 1 315 postes vacants et 3 281 offres d'emplois ont été enregistrés.

De véritables emplois pour les chômeurs

La coordinatrice de projet, Minja, explique que le centre pour les demandeurs d'emploi illustre bien que les politiques peuvent se traduire en emplois réels pour les gens.

La création d'emplois décents demeure une priorité absolue partout en Afrique, où seul un quart de la main-d'œuvre totale dispose d'un emploi salarié stable et où plus de 60 pour cent des chômeurs sont des jeunes.

Minja précise que «des programmes d'emploi bien conçus et le respect des salaires minimaux peuvent favoriser la création d'emplois réels, stimuler la demande interne et permettre une meilleure répartition des revenus».

«Dans le même temps, ajoute-t-elle, de meilleures politiques d'emploi réduisent la pauvreté, l'un des principaux objectifs de développement durable pour l'après-2015

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami