Illustration

La France apporte un financement pour la formation des sages-femmes au Cameroun

News Actualité  Cameroun
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

Un Centre d’application Mère-Enfant et Secourisme vient de voir le jour à Njombé, dans le Littoral, entièrement financé par les fonds du C2D. 

L’ouvrage, constitué d’un internat et d’une cafétéria, a coûté 250 millions de F CFA. Il a été entièrement financé par des fonds du contrat de Désendettement et de Développement (C2D) et s’inscrit dans la mise en œuvre de la Campagne d’Accélération de la Réduction de la Mortalité Maternelle en Afrique (Carmma). C’est le ministre de la Santé Publique, André Mama Fouda, qui est venu l’inaugurer, le mercredi 19 mars dernier, en présence de l’Ambassadrice de France au Cameroun Christine Robichon et du directeur de l’Agence Française de Développement (AFD). 

D’après le ministre de la Santé, « l’objectif de la construction de ce Centre d’Application Mère-Enfants et Secourisme est la mise en place d’un véritable centre de stages pour les écoles de Sages-femmes du Littoral et du Sud-Ouest ». Aussi, le Centre accueillera des stages pour des formations cliniques en convention avec les écoles de sages-femmes les plus proches. 

La formation en assistance immédiate aux blessés (formation aux premiers secours) sera également assurée, avec pour objectif le développement des compétences dans la prise en charge rapide des accidentés de la route, des accidentés du travail ainsi que des victimes d’accidents ménagers. Ce volet d’intervention faisant suite à la volonté de l’Hôpital St-Jean de Malte et de l’Ordre de Malte France de créer un centre de formation en secourisme.


© Journalducameroun.com 
Le Pavillon du Centre de Santé mère-enfant et secourisme de Njombé lors de son inauguration, le 19 mars 2014    

C2D-Santé

Le Volet Santé C2D bénéficie d'un appui financier de 59 milliards de FCFA. A ce jour, 30 milliards de francs CFA ont été investis, principalement dans la lutte contre le VIH-Sida à travers le financement de l’achat des Anti Retro Viraux, le recrutement effectif de 150 personnels de santé, le renforcement de la chaîne de froid du Programme Elargi de Vaccination (PEV), la formation des personnels de santé dans le cadre de la promotion de la santé maternelle et infantile, les subventions aux réseaux du secteur privé non lucratif et la distribution de kits obstétricaux dans les régions du septentrion et du Sud. 

A noter, que déjà en 2011, une première subvention du C2D à hauteur de 150 millions de FCFA avait permis dans ce même hôpital St-Jean de Malte de Njombé, la construction du « Pavillon d'accueil et des urgences ».

Alix Fetue, Journal du Cameroun

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami