Illustration

Le travail domestique est un travail comme un autre

News Actualité
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

L'affaire très médiatisée d'Erwiana Sulistyaningsih, une bonne indonésienne victime d'abus, a placé sous le feu des projecteurs le sort d'une population vulnérable et souvent invisible, les travailleurs domestiques migrants. Yoshiteru Uramoto, Directeur régional de l'OIT pour l'Asie et le Pacifique, explique comment nous pouvons contribuer à mettre fin à ce fléau, en s'appuyant sur les normes internationales du travail.

BANGKOK (OIT Info) - Il y a quelques semaines, une employée de maison de 23 ans d'une petite ville méconnue d'Indonésie a été nommée parmi les 100 personnes les plus influentes dans le monde par le magazine Time. Mlle Erwiana Sulistyaningsih a été distinguée aux côtés de présidents et de célébrités pour quelque chose qu'elle n'avait pas fait – Erwiana ne s'était pas tue.

Pendants les huit mois où elle a travaillé à Honk Kong, Erwiana a subi des violences de la part de son employeur et, quand ses blessures l'ont empêchée de continuer à travailler, elle a été renvoyée chez elle avec seulement 9 dollars en poche. Mais, depuis son retour, Erwiana milite pour les droits des travailleurs domestiques comme elle, dont beaucoup sont des immigrées, pour la plupart toujours en situation de vulnérabilité sur leur lieu de travail à travers le monde.

On dénombre plus de 20 millions de travailleurs domestiques rien que dans la région Asie-Pacifique – c'est l'équivalent de la population du Sri Lanka. Mais comme ces travailleurs sont souvent dissimulés au domicile d'employeurs privés, sur des lieux de travail échappant à toute réglementation, ils sont particulièrement vulnérables aux abus. Dans de nombreux pays, les travailleurs domestiques ne sont pas protégés par le droit général du travail et sont exclus du bénéfice du salaire minimum. En moyenne, les travailleurs domestiques gagnent moins de la moitié des salaires minimaux; certains gagnent moins du cinquième.

Lire la suite

OIT

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami