Illustration

Recherche scientifique: l’Australie promet plus de facilités à l’université de Dschang

News Actualité  Dschang, Ouest, Cameroun
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

Le Haut-commissaire australien au Nigeria et en Afrique centrale, Jonathan Richardson, a effectué une visite au sein de cette institution académique, le 29 avril 2015.


© West-Cameroon Regional News Agency / Hindrich Assongo
Le Haut commissaire d'Australie - Jonathan Richardson - fait le bilan de sa visite à l'Université de Dschang

Le gouvernement australien prendra toutes les mesures pour appuyer la recherche scientifique à l'Université de Dschang, en la mettant en contact avec ses homologues australiennes. Le Haut-commissaire de ce pays au Nigeria et en Afrique centrale, avec résidence à Abuja, a pris cet engagement au cours de sa visite, le 29 avril 2015. Le diplomate a entamé sa journée par le Rectorat de l'université. En l'absence du Recteur, le Prof. Anaclet Fomethe, en mission officielle au Maroc, Jonathan Richardson a été reçu par le vice-recteur chargé des Enseignements, de la Professionnalisation et des Technologies de l'information et de la communication, le Prof. Mpoame Mbida. Dans la salle des actes, en présence des responsables des services centraux et des chefs d'établissements, il a présenté l'Université de Dschang au visiteur.


© West-Cameroon Regional News Agency / Hindrich Assongo
Le Haut commissaire - Jonathan Richardson - fait la revue des thèses et mémoires réalisés dans le cadre du projet cobaye

L'on apprendra de la conférence tenue au rectorat que trois projets de recherche conduits par des chercheurs de cette institution ont reçu des financements australiens. Le premier, conduit par le DrEsther Agbor, porte sur la prévention du Konzo, maladie causée par la consommation du manioc, présente à l'Est du Cameroun. Le deuxième, mené par le département de productions animales, vise l'amélioration de la production des cobayes. Le troisième, qui a permis au Dr Fritz Oben de séjourner à l'université de Sydney, se situe dans la caractérisation des sols africains. Jonathan Richardson a quant à lui souligné que l'Australie est le quatrième pays dans le monde qui accueille le plus d'étudiants étrangers. Son pays qui pratique l'agriculture tropicale, souhaite appuyer le Cameroun et d'autres pays africains dans la recherche dans ce domaine.

Dans la phase des échanges au rectorat, divers responsables ont adressé des plaidoyers au diplomate australien. Le Prof. Julius Tangka, chef de département de génie rural à la Faculté d'Agronomie des Sciences agricoles, a relevé que son département se meurt, faute d'enseignants. Les étudiants formés sont systématiquement enrôlés par le gouvernement. Il a dès lors émis le vœu que le Haut commissariat le mette en contact avec les universités australiennes pouvant accorder des bourses pour des études doctorales dans le domaine du machinisme agricole, afin de résorber ce déficit. Le Prof. Simon Tabe Tabe, coordinateur à la faculté des Sciences juridiques et politiques du Master en International Trade and Investment law in Africa, est allé dans le même sens. Il souhaite un partenariat avec l'université de Murdoch qui propose une formation similaire. Le Prof. Armand Kagou Dongmo, responsable du Master professionnel en géologie, mines et pétrole, a également exprimé les mêmes besoins, étant donné que l'Australie est un pays minier. Comme réponse à toutes ces sollicitations, Jonathan Richardson a affirmé qu'il attend les projets pour les diligenter.

Lire la suite

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami

Annonces contextuelles