Illustration

Réinsertion sociale : les jeunes déscolarisés entament leur formation

News Actualité  République du Congo
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

Le directeur du cabinet du ministre de l'Enseignement technique et professionnel, Arsène Claude Amona, a lancé officiellement le 9 février, la formation des jeunes vulnérables à l'Agence nationale de l'artisanat, en présence du maire, Jacques Elio

Au total, 345 jeunes déscolarisés âgés de 16 à 19 ans sont concernés par cette formation de la sous composante 1.3. Ils bénéficieront pendant un an, de cours d'alphabétisation fonctionnelle et d'apprentissage aux différents métiers : couture, soudure, menuiserie, mécanique auto, coiffure, maçonnerie, carrelage, pâtisserie, plomberie, transformation agroalimentaire etc.

La formation s'inscrit dans le cadre du projet de développement des compétences pour l'employabilité (PDCE), un projet cofinancé par le gouvernement et le fonds de l'IDA de la Banque mondiale.

Ces jeunes ont été retenus et sélectionnés sur la base des critères d'âge, de niveau scolaire et de degré de vulnérabilité selon les méthodes de la Banque mondiale fondée sur l'objectivité, l'équité, l'égalité de chance et la transparence.

Les enseignements seront donnés par les maîtres artisans fédérés par l'Agence nationale de l'artisanat qui a signé un protocole d'accord avec le PDCE afin de l'appuyer dans la mise en œuvre du projet.

Le coordonnateur du projet, Michel Kouba a indiqué dans sa présentation : « d'autres maîtres artisans seront sélectionnés, sous peu, selon les mêmes procédures afin de former un plus grand nombre de jeunes, car notre objectif est d'atteindre 6000 jeunes en 5 ans ».

Il a par ailleurs assuré ces jeunes des primes de transport afin de les motiver à participer et à être assidus. « Les garçons retenus pour la formation, percevront une prime de motivation d'encouragement de 4875 francs CFA par semaine de formation, payable par semaine sur la base des preuves de présences. Pour les filles ayant des enfants avant leur intégration au programme, elles percevront 6.000 francs CFA par semaine ».

Lire la suite

Lydie Gisèle Oko - ADIAC
Légendes et crédits photo : les jeunes assistent à la cérémonie du lancement de la formation (crédit-adiac)

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami