Illustration

Travail des enfants: Le Gouvernement et l'Organisation Internationale du Travail se mobilisent

News Actualité  Yaoundé, Centre, Cameroun
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

Un atelier visant la validation et l'appropriation d'un plan d'action nationale pour l'élimination de toute forme de travail des enfants s'est tenu à Yaoundé. 

Le travail des enfants, dont l'âge varie entre 5 et 17 ans est beaucoup plus à déplorer en Afrique Sub Saharienne et les chiffres sont effrayants: 215 millions d'enfants sont victimes des pires formes de travail et selon l'Institut Nationale de la Statistique dont la dernière étude a été menée en 2007, 41% d'enfants sont concernés au Cameroun. 

Un phénomène à déplorer, surtout lorsqu'on sait que le Cameroun a ratifié la convention n°138 signé en 2001,en accord avec l'Organisation Internationale du Travail qui portait sur l'âge minimum d'accès à l'emploi, ainsi que la convention n°182, celle là portant sur l'élimination des pires formes de travail des enfants, un an plus tard. 

Or, il y'a qu'à regarder les différentes artères des capitales camerounaises et de faire une petite enquête dans certains ménages pour se rendre compte du nombre de plus en plus croissant des enfants victimes d'esclavage, maltraités, utilisés pour les sales besognes et de plus en plus victimes d'abus sexuels et d'autres sévices corporels. Une situation encouragée le plus souvent par les proches ou lointain parents. 

Il paraît dès lors évident que l'abolition du travail des enfants voulue pour 2016, ne pourra être atteint, surtout lorsqu'on sait que les assises tenues jusqu'à ce jour n'ont pas donné des résultats probants. Certains observateurs, les membres des organisations luttant pour la préservation des droits des enfants et ceux de la société civile, craignent que ces assises, une fois encore, n'apportent aucun résultat, aucune solution concrète.

© Nicole Ricci Minyem | Cameroon-Info.Net

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami