Illustration

Un coup de pouce pour assurer la qualité dans l'enseignement supérieur en Afrique

News Actualité
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

La 6ème Conférence internationale sur l'assurance qualité dans l'enseignement supérieur en Afrique, tenue à Bujumbura, au Burundi, a pris fin le 19 Septembre dans un esprit d'optimisme.

Bien que la qualité de l'enseignement supérieur en Afrique est sous forte pression, principalement en raison de l'augmentation des inscriptions massives, de nombreux développements sont en cours qui semblent amener le continent sur ​​la bonne voie.

L'année dernière, lors de la réunion Tuning à Libreville, au Gabon, qui a précédé l'Assemblée Générale de l'Association des Universités Africaines (AUA), des doutes ont été émis en ce qui concerne la nécessité dans les petits pays africains d'avoir des agences d'assurance qualité au niveau national.

Ces doutes semblent avoir presque disparu aujourd'hui. Face à la massification et à la mondialisation, la qualité des diplômes africains est si gravement menacé que tout le monde semble maintenant accepter le fait que l'assurance de la qualité fait partie intégrante de l'enseignement supérieur moderne et que le développement d'un cadre continental pour l'assurance de la qualité est une question de la plus haute priorité.

Comme le nombre d'agences d'assurance de la qualité au niveau national en Afrique a augmenté de 6 en 2006 à 23 aujourd'hui, de nouvelles initiatives sont lancées pour promouvoir leur développement et leur reliment à travers le continent. Pour soutenir tout cela, l'Union européenne est en train de lancer une nouvelle ligne de soutien à l'assurance de la qualité et de l'accréditation en Afrique.

Parmi une série de recommandations qui seront finalisées avant la fin d'Octobre, la conférence de Bujumbura a exhorté les pays africains et les institutions sans agences d'assurance qualité d'en établir une dès que possible. Il recommandera également qu'un cadre d'assurance qualité et d'accréditation panafricaine soit bientôt une réalité.

Ce cadre a été appelé depuis 2008, d'abord comme un mécanisme d'évaluation proposé par le Conseil des ministres africains de l'éducation, mais plus tard, et par d'autres acteurs comme un outil d'amélioration de la qualité.

L'année dernière, l'Union africaine et l'Union européenne ont répondu à cet appel en commandant une étude explorant un cadre panafricain d'assurance de la qualité et de l'accréditation. Ce cadre a été réalisé par le nigérien Peter Okebukola et par le consultant belge Bart Fonteyne. Un projet avancé de leur étude a été très bien reçu à Bujumbura.

Échos de la conférence de Bujumbura seront intégrés dans le rapport, la version finale de ce qui devrait être validé lors d'une réunion à Addis-Abeba, en Ethiopie, en Février 2015.

La conférence a réuni 150 participants à Bujumbura. Il a été co-organisé par la branche africaine du Réseau mondial pour l'innovation de l'Université (GUNI-Afrique), l'Association des universités africaines (AUA) et l'Université du Burundi et cofinancé par l'Union européenne.

L'UE a également été présentée lors du Prix 2014 GUNI-Afrique / AfriQAN pour le soutien à l'assurance qualité dans l'enseignement supérieur en Afrique. L'Ambassadeur de l'UE au Burundi Patrick Spirlet a reçu le prix au nom de l'Union européenne.

Pour plus d'informations, visitez le site: http://www.universityworldnews.com/article.php?story=20140917215728895

Programme and liste des participants (en anglais)

Discours d'ouverture de l'Ambassador de l'UE Patrick Spirlet

Discours reception du Prix GUNi-Africa/AfriQAN 2014

Galerie photos

Africa-EU Partnership

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami

Annonces contextuelles