Illustration

Un nouveau siège pour l’OAPI

News Actualité  Yaoundé, Centre, Cameroun
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

L’institution vient d’inaugurer ses nouveaux bâtiments à Yaoundé. Une infrastructure imposante qui se veut «emblématique» de sa vision dans le domaine de la propriété intellectuelle sur le continent.

L’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (Oapi) a inauguré son nouvel immeuble siège ce 28 mars 2014 à Yaoundé. Elle en a fait tout un événement, placé sous le haut patronage du chef de l’Etat camerounais, Paul Biya, avec de nombreux invités spéciaux venus du monde entier dont les administrateurs de l’OAPI, ministres en charge de l’Industrie des 17 Etats membres. 

Le nouvel immeuble de l’OAPI est construit sur 9600m2, avec sept étages, trois sous-sols contenant un parking pouvant accueillir 120 véhicules, 70 bureaux et 180 postes de travail. Il abrite les bureaux du siège, de la Commission supérieure de Recours, de l’Académie de propriété intellectuelle Denis EKANI. Avec les nombreuses commodités techniques qui y ont été apportées, les responsables de l’Oapi le décrivent comme un « joyaux architectural » qui permettra de développer la notoriété de l’organisation et « d’asseoir son image de marque ». 


© oapi.int
Une vue du nouveau siège de l'OAPI à Yaoundé

D’après des données de l’agence de presse Chine Nouvelle, l’organisation que dirige le Gabonais Paulin Edou Edou, enregistrait en 2013 : 79.700 marques, 96. 860 noms commerciaux, 17.490 brevets et 4.480 dessins et modèles industriels. Au cours de la même année, deux produits agricoles camerounais, le poivre de Penja et le miel d'Oku, ont pu accéder au registre des indications géographiques protégées (IGP).

Après 52 ans d’existence, l’Oapi estime, avec ce nouveau siège, pouvoir mieux assumer ses missions relatives à la simplification des procédures de délivrance des titres et à la protection de la propriété intellectuelle en Afrique. 

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami