Illustration

Une journée sans Ministre - L'ambiance au lendemain de l'interpellation de Louis Bapès Bapès

News Actualité  Cameroun
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

Il est 11 h ce jour. Entrée principale du bâtiment qui abrite les services du ministère des Enseignements secondaires (Minesec). Une dizaine d'usagers prennent connaissance d'un communiqué visiblement affiché il y a quelques jours. «Il s'agit de la liste d'affectation des diplômés de l'Institut national de la jeunesse et des sports (Injs) dans les différents établissements secondaires du pays», nous dit un jeune usager. 

Le communiqué date du 12 mars. Au rez-de-chaussée, quelques personnes attendent les ascenseurs. «Je m'occupe uniquement de ce secteur, je ne sais pas, ce qui s'est passé en haut, allez-vous renseigner au 9 ème», conseille une jeune employée au sujet de l'actualité dans ce ministère. 

Quelques étages plus haut, une vingtaine de visiteurs prennent connaissance du tableau d'affectation des enseignants qui date du 31 mars et signé par le directeur des Ressources humaines. Une allusion faite au sujet de l'arrestation du chef de département, n'est surtout pas la bienvenue. «Si c'est l'état d'esprit du personnel qui vous intéresse, vous avez fait le tour du bâtiment, tout le monde est à son poste et retenez qu'aucune réunion de crise n'a été organisée», fait savoir un membre de la cellule de communication. 

Au sujet de l'organisation du travail dans le ministère, l'on apprendra que rien n'a changé pour l'heure. En l'attente d'un décret limogeant l'actuel ministre, tout le monde vaque à ses occupations normalement. 

Sur les motifs qui ont conduit Bapès Bapès en prison, pour certains de ses collaborateurs, il est juste un bouc émissaire. «On l'accuse pour des choses dont il n'est même pas responsable, le ministre n'agit pas à tous les niveaux de la chaîne, il a des collaborateurs qui prennent des décisions et à son niveau, il s'agit très souvent d'apposer sa signature. Il peut arriver qu'il soit trompé par ses collaborateurs», soutient un collaborateur du Minesec. 

«Ceux aujourd'hui qui sont en train de propager et faire des révélations sont extérieurs au ministère, comment peuvent - ils en avoir la preuve», interroge-t-il. 

De sources concordantes, une réunion de crise a eu lieu peu après l'arrestation de Bapès Bapès entre les différents responsables du ministère, avec un seul sujet au programme, l'après-Bapès. «Nous attendons tout simplement le décret présidentiel», nous informe une source.

© Alain Georges Lietbouo (stagiaire) | Le Jour

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami

Annonces contextuelles