Illustration

Université Marien Ngouabi : plaidoyer pour une formation en science biomédicale

News Actualité  République du Congo
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

Un appel à renforcer les capacités et le niveau d'enseignements supérieurs a été lancé, le 18 avril à Brazzaville, par les bio-technologistes du Congo, à l'occasion de la célébration de la 2ème journée africaine de la biotechnologie.

Les bio-technologistes ont plaidé pour l'instauration d'un cycle de master et d'un cycle d'ingéniorat en science de la biologie médicale à l'université Marien Ngouabi ainsi que la création de l'ordre national des bio-technologistes et la mise en application du code de la biologie médicale.

Ils ont également fait observé au public qu'en Afrique en général, les problèmes de la biologie médicale sont relayés au second plan au profit de la médecine curative. Par contre, au Congo-Brazzaville, la filière de formation de la biologie médicale est limitée au niveau de la licence.

Pour inciter les bio-technologistes à une réflexion profonde, le docteur Etienne Mokondjimobé, a déclaré « les bio-technologistes sont un maillon de la chaine de production des résultats des examens de laboratoire de qualité. Il n'existera jamais une médecine de qualité sans biologistes de qualité. Le Congo enregistre tant soit peu des résultats positive au regard de la mise en place d'une direction de laboratoire. Encore, il faut que cette direction soit une force de proposition auprès du gouvernement ».

Par la même occasion, l'association congolaise des technologistes biomédicaux créée en 2005, a fait un rappel à ses membres, au respect de la déontologie et au secret professionnel.

Lire la suite

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami

Annonces contextuelles