Illustration

Coupe du Recteur 2014: Le passé, le futur et le patrimoine en vitrine  

News Sur les Campus  Dschang, Ouest, Cameroun
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

Dschang, 20/03/2014 – UDs/SIC. Les finales culturelles de la quatrième édition de la « Coupe du Recteur » ont eu lieu le 18 mars 2014 dans la salle des spectacles et des  conférences de l’Université de Dschang. De 19 heures à 23 heures, le public qui a fait le plein de l’antre ne s’est pas ennuyé. A travers différentes catégories, les compétiteurs ont mis au devant de la scène le caractère bilingue  du Cameroun, la question des langues nationales et les défis qui interpellent la nation.

Le PCA donne le coup d'envoi de la finale, suite à une passe de SE Roger Milla
Le PCA donne le coup d'envoi de la finale, suite à une passe de SE Roger Milla

La soirée démarre avec le concours des « chorales ». Dans une tenue originale, une belle entrée et une chanson « liberté » en hommage aux héros de l’indépendance du Cameroun, l’Institut des Beaux Arts (IBAF) prend le dessus sur l’Institut Universitaire de Technologies Fotso Victor (IUT). Dans la catégorie « Poésie », Hector Fomba de la Faculté de Lettres et Sciences Humaines (FLSH) supplante ses deux adversaires en abordant la question des langues nationales. « Le Chinois est chinois parce qu’il parle son chinois. L’Espagnol est espagnol parce qu’il parle son castellano… Le Camerounais est camerounais parce qu’il parle son….son…son... J’aurais aimé déclamer mon texte en Batanga, en Yemba, en Fufulde… Mais aucune de ces langues n’est officilelle… aucune… aucune», déclare l’artiste sur un ton ironique. Le président du conseil d’administration (PCA), le Pr Beban Sammy Chumbow qui travaille sur les politiques linguistiques nationales en Afrique depuis près de 40 ans, applaudit.

 

Du pouvoir de la langue, il en est question dans le conte de Larissa Tidong de l’IBAF. Elle rafle la mise devant ses deux adversaires. Les idiomes nationaux reviennent dans la catégorie « chanson ». Julienne Homb de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques (FSJP) et Clémence Ngono de l’IBAF chantent en Bassa pour la première et en Eton et Manguissa pour la seconde. Mais le premier prix de la catégorie revient à Flore Mane (FSJP) qui, en Français, fait frissonner la salle avec sa voix mélodieuse et son titre : « Jeune et fort ». « Je dis non à l’excès d’alcool. Nous sommes jeunes et forts. Jeunes et forts pour construire le pays…. Je dis oui à l’honnêteté. Je suis jeune et fort au service du Cameroun… », chante-t-elle. Dans la salle, des voix lui prédisent un avenir sur les traces de Charlotte Dipanda.

 

Danses

Les danseurs ont également presté. D’abord pour égayer la salle, le « Dance club » de l’Université de Dschang conquiert le public avec des mouvements parfaits et sur cinq rythmes différents : la rumba congolaise, la rumba cubaine, le tango, la salsa et une danse traditionnelle camerounaise. Sans adversaire, ces danseurs sont plutôt en démonstration de leurs talents. Dans la catégorie « danses patrimoniales », la FLSH, plus originale, plus endurante et plus ingénieuse, se classe première devant l’IBAF et la FSJP.

Enfin, le concours des « Miss » a agrémenté toute la soirée. Chacune des sept concurrentes a eu droit à quatre passages obligés, avec une tenue différente à chaque fois. Pour le défilé en tenue de sport, chacune d’elle exhibe une discipline sportive. L’ambassadeur  Albert Roger Milla  applaudit la miss  au dossard « n°9 » avec un ballon de football au pied.  Au quatrième et dernier passage (en tenue de soirée), chaque compétitrice expose sous le thème : « l’importance de l’éducation civique à l’Université de Dschang ». Les plus malines s’expriment en Français, en Anglais et dans leur langue maternelle. Au terme de la compétition dans cette catégorie,  Cyrielle Tchouwo (IBAF) est déclarée « Miss UDS 2013- 2014 ».  Elle a reçu sa couronne le 19 mars au stade de « la catapulte » du campus A, des mains de Roger Milla. Murielle Chokam (FLSH) et Ariane Sop (IBAF) sont respectivement première et deuxième dauphines.

Au final, la FLSH  et l’IBAF dominent le volet culturel  avec trois trophées chacun, sur les sept mis en jeu. C’est la deuxième fois que la compétition culturelle est incorporée à la « coupe du Recteur ». Cette année, les catégories « contes », « poèmes » et « dessin » ont fait leur entrée. En clôturant les activités marquant cette quatrième édition, le patron de l’institution, le Pr Anaclet Fomethe, a félicité les organisateurs pour toutes ces innovations. Le comité d’organisation du volet culturel promet pour la saison prochaine, une innovation technologique : la participation du public  à l’élection de la miss via une plateforme web qui sera conçue à cet effet.

Récapitulatif des résultats

Arts plastiques :

1er prix : FLSH (Yemning Charles Hugues)

Poésie

1er prix : Hector Fomba (FLSH)

2ème prix : Herman Labou (FLSH)

Chants chorale

1er prix : IBAF (collectif)

2ème prix : IUT (collectif)

Contes

1er prix : Larissa Tidang (IBAF)

2ème prix : Franklin Tombe (FLSH)

Chansons

1er prix : Flore Mane (FSJP)

2ème prix : Clémence Ngono (IBAF)

Danses patrimoniales

1er prix : FLSH (collectif)

2ème prix : IBAF (collectif)

Concours des miss

Miss : Cyrielle Tchouwo (IBAF)

1ere dauphine : Murielle Chokam (FLSH)

2ème dauphine : Ariane Sop (IBAF)

Classement par établissement

1- FLSH ------ 3 trophées

2- IBAF ------- 3 trophées

3- FSJP ------ 1 trophée

4- IUT --------- 00 trophée

Hindrich ASSONGO, Université de Dschang

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami