Douala: 130 enfants de la rue interpellés par la police

News Faits Divers  
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami

enfants-de-la-rue

Très tôt avant hier matin, la police a quadrillé les coins et recoins d’Akwa. Au cours de ce qui s’apparente à une véritable chasse à l’homme, des enfants de la rue ont été interpellés et gardés à vue au commissariat central numéro 1 de la ville de Douala. Selon un commissaire de police, au moment de la traque, tous les endroits susceptibles d’héberger les enfants de la rue ont été passés au peigne fin. « Ces enfants opéraient à tout moment sous la barbe et le nez des passants. A l’aide des lames de rasoirs, ils dépouillaient leurs victimes. La situation était d’autant plus préoccupante qu’il a fallu que des policiers, sur instruction de la hiérarchie descendent sur le terrain. C’est ainsi qu’on a pu mettre la main sur eux », confie un commissaire de police principal. Outre des lames de rasoirs, une importante quantité de chanvre indien… et des objets dangereux, affirme un policier ont été saisis.

Ils opèrent, de jour comme de nuit, au niveau de l’ancienne direction des douanes, à proximité de l’hôtel Akwa Palace, aux différents carrefours et à la rue Mermoz. Soupçonnés par ailleurs d’acte de viol, vol, ils se retrouveront, confie une source proche de l’enquête, à la prison centrale de Douala. Présentés comme de «redoutables délinquants », certains ont été arrêtés jeudi dernier alors qu’ils étaient sous l’effet des stupéfiants. Conduits sous haute escorte au commissariat central numéro 1 de la ville, ils ont été placés en garde à vue. Cette interpellation, fait savoir un policier, a été faite sur ordre du préfet du Wouri. Paul Naseri Bea entend ainsi, a appris Le Messager, lutter contre le désordre et l’insécurité dans la ville de Douala, notamment dans le centre urbain, lieu de prédilection des enfants de la rue. «Ils commettent des actes de viol, de vol. Ils consomment des produits illicites. De même, ils sont parfois impliqués dans les réseaux des phénomènes tels l’homosexualité et la pédophilie. Ils seront placés en garde à vue administrative à la prison de New-Bell. Si leur culpabilité est prouvée, ils resteront dans ce centre pénitencier, dans le cas contraire, ils seront libérés », affirme un agent du maintien de l’ordre.

Apparu au tout début des années 1980, le phénomène des enfants de la rue, est devenu un phénomène mondial. Les capitales africaines comme Douala, Libreville et autres, sont principalement concernées.

Quoi qu’il en soit, le phénomène des enfants de la rue, inquiète les autorités administratives de la cité économique, qui parfois, n’hésitent pas à débarquer sans crier gare, et à les rafler de force, même si quelque temps après, ils sont relaxés.

Annonces contextuelles