Lycée Bilingue d'Akono: Une grossesse, douze présumés géniteurs

News Faits Divers  
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami

Enceinte de quatre mois, une jeune élève ne sait pas qui est le père du bébé qu'elle attend. 

L'histoire anime Akono, ville de la Mefou-et-Akono, située à une cinquantaine de kilomètres de Yaoundé. La semaine dernière, un conseil de discipline qualifié d'extraordinaire par les élèves du lycée bilingue d'Akono, vu sa durée (cinq jours), s'est tenu dans la salle des professeurs de cet établissement public. Il était question de faire la lumière sur le cas de Sabine M., élève en classe de 5e. La jeune fille, âgée de 15 ans est enceinte de quatre mois. Une situation qui préoccupe les responsables du lycée. Selon notre source, Sabine M. a commencé par nier les faits. Il a fallu les résultats de l'échographie demandée par l'un des surveillants généraux pour être fixé. C'est donc au troisième jour de ces débats que toute la vérité est dévoilée. Quand il est demandé à la fille de révéler le nom du géniteur, elle déclare qu'elle ne le connaît pas. 

Sa camarade, accusée de complicité, va donner un nom. Un élève de Tle A4. Celui-ci sera convoqué immédiatement. En présence des parents de la fille, le garçon va reconnaître avoir eu une relation intime avec elle le 10 janvier dernier et donnera par la suite le nom de son prédécesseur toujours élève en Tle A4. Convoqué lui aussi, il donne sa version des faits. Sabine demande alors la parole et surprend l'assistance. C'est ainsi qu'elle va sortir une liste de dix noms en plus des deux dévoilés et les dates des rapports. En un mois, la jeune fille avoue avoir fait le tour des douze garçons dont le moins âgé est en classe de seconde. 

Selon Jean Bosco Elomo, surveillant général, le lycée bilingue d'Akono compte déjà à ce jour, près d'une quarantaine de cas de grossesses. Pourtant, des plaques sur lesquelles on peut lire: «Stop aux rapports sexuels non protégés» sont collées sur chaque bâtiment du lycée.