Deux étudiants contaminés au VIH par une étudiante à Soa

News Faits Divers  
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami

Après avoir promis de transmettre le Sida à plus de dix mille hommes, la Vénus du campus a depuis lors quitté la ville pour une destination inconnue.

Décidément, la ville universitaire de Soa est devenue depuis quelques temps, une véritable cité du vice, pour ne pas dire une espèce de Sodome et Gomorrhe. Après l'épisode tragique du meurtre par des inconnus, d'une étudiante, fille de magistrat, dont le corps avait été découvert dans un champ de manioc, il y'a deux ans environ. L'affaire de deux étudiants contaminés au virus de l'immunodéficience Humaine (VIH) par une étudiante, aujourd'hui portée disparue, fait en ce moment grand bruit, dans divers milieux et cercles estudiantins de la ville de Soa.

En effet, c'est l'année dernière que l'étudiante que nous surnommerons X tout au long de ce récit, et ses deux camarades, dont nous ne révèleront pas l'identité ici, ont intégré l'université de Yaoundé 2 en faculté des sciences juridiques et politiques, option droit. Dés lors, l'étudiante X qui passait pour la plus belle fille du campus, ne manqua pas d'attirer l'attention de nos deux jeunes hommes, qui soit dit en passant, sont Co-chambriers et amis inséparables, depuis le lycée. Malgré l'échec de toutes les velléités de rapprochement avec leur dulcinée, la Vénus du campus qui ne répondait même pas aux salutations. Les deux mousquetaires ne perdirent pas espoir. Revenant de temps en temps à la charge, jusqu'au jour où comme par enchantement, le poisson mordit enfin l'hameçon. Surprise des surprises, l'étudiante X naguère si rangée et réservée, devenue subitement très gentille, avec tout le monde, invita ses deux soupirants occasionnels à une partie de partouze dans sa chambre à coucher. Et c'est tout naturellement qu'après d'âpres négociations, nos deux bonhommes ne boudèrent pas cette séance de jambes en l'air, contre des espèces sonnantes et trébuchantes, un week-end durant, sans préservatifs bien sûr !

10.000 hommes à contaminer

Nos sources révèlent que c'est consciente d'avoir contracté le virus du Sida, que notre reine de beauté avait décidé de se venger. Devenue subitement une pute, l'étudiante X n'avait d'ailleurs pas manqué pas de transformer sa chambre à coucher en un véritable bordel, où elle recevait à toutes les heures de la journée, sa ribambelle de michetons constituée d'étudiants, de débrouillards et autres fonctionnaires venus de Yaoundé, au grand dam des autres locataires de sa mini-cité. Au rang des révélations, nos deux infortunés ont même formellement avoué à Martinez Zogo un célèbre animateur radio basé à Yaoundé, y être passés plusieurs fois de suite. Jusqu'au jour où, par extraordinaire, il y'a un mois, l'étudiante X, la gourgandine s'en alla sans crier gare. Avant son déménagement brusque, notre belle ne manqua pas de raconter à l'une de ses amies intimes, les conditions dans lesquelles elle avait contracté le virus, et surtout comment elle avait choisi de se venger, en transmettant le mal du siècle à plus de 10.000 hommes.

Pour la petite histoire, l'étudiante X avait avoué à l'une de ses copines, avoir contracté le VIH après un viol. Alors qu'elle était sorti en discothèque avec des amies un vendredi soir, à Yaoundé, elle lui avait raconté qu'elle avait été droguée et copieusement violée. Plus tard, des examens appropriés avaient révélé qu'elle était séropositive. A l'heure où ce faits-divers qui ressemble fort bien à un mélodrame, défraie encore la chronique, les questions qui viennent spontanément à l'esprit sont celles de savoir : à combien d'étudiants, de débrouillards, et autres fonctionnaires notre belle étudiante a-t-elle transmis le virus ? A combien d'autres le transmettra t'elle ? Un seul conseil : sortons couverts !