Il retrouve sa victime sur Facebook, 35 ans plus tard

Magazine Insolite  
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami

A milieu des années 70, Michael A. Goodman agressait Claude Soffel sur les marches du musée d'histoire naturelle de New York et lui volait son abonnement de bus pour prouver à un camarade de classe qu'il faisait partie d'un gang. Trente-cinq ans plus tard, l'agresseur a retrouvé sur Facebook, totalement par hasard, sa victime. Et celle-ci lui a pardonné.

Illustration

C'est en lisant un post à propos de la fermeture d'un magasin de bagels à New York que Goodman s'est rendu compte que son auteur, Claude Soffel, n'était autre que le jeune homme qu'il avait agressé, fait pour lequel il avait été arrêté -  en flagrant délit - et condamné à des travaux d'intérêt général.

"Vous ne vous en souvenez peut-être pas (c'était en 76 ou 77) mais il y a longtemps, je suis monté sur les marches du musée d'Histoire naturelle, tentant de paraître comme un dur et je vous ai vu au sommet des marches. Je suis venu vers vous et vous ai agressé pour voler votre abonnement de bus", écrit Michael A. Goodman. [...] JE SUIS VRAIMENT DESOLE de vous avoir fait vivre cette merde ce jour-là. J'aurais préféré que cela n'arrive jamais, mais c'est arrivé. J'essayais  d'impressionner quelqu'un qui ne voulait pas croire que je faisais partie d'un gang, c'est vraiment stupide, non ? Encore une fois, je suis sincèrement désolé d'avoir pris votre pass de bus - pardonnez-moi et merci de lire ce très long et 'étrange' message."

Le destinataire du message, quelques heures plus tard, lui a répondu: "[...] Excuses acceptées. C'est intéressant car j'ai dédié une grande partie de ma vie à aider des gens à devenir les personnes qu'elles ont toujours voulu être, et des moments comme ceux-ci continuent d'alimenter ma foi en ce combat ardu mais gratifiant [...] Mettons aujourd'hui cette histoire à sa place, derrière nous."

Goodman, visiblement encore plein de remords avant cet épisode, a ensuite transmis ses remerciements à son interlocuteur, pour "ses mots et son pardon". Au New York Post, il a confié que cela lui avait enlevé un énorme poids sur les épaules.