Les secrets du grand écart de Jean-Claude Van Damme entre deux camions

Magazine Insolite  
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami

Face aux doutes persistants de nombreux téléspectateurs qui affirment que la publicité dans laquelle Jean-Claude van Damme exécute un grand écart parfait entre deux camions qui roulent en marche arrière n'est qu'un trucage, le responsable de la communication de chez Volvo a brisé le silence et a révélé les dessous de ce tournage.

Illustration

Nous vous en parlions, la dernière publicité de la marque Volvo dans laquelle l'acteur belge Jean-Claude Van Damme exécute l'un de ses fameux grands écarts entre deux camions, est un véritable succès sur la toile. En quelques semaines à peine, cette vidéo a déjà été visionnée près de 60 millions de fois. Succès oblige, la publicité a également été parodiée à de nombreuses reprises.

Trucages?
Mais ils sont également très nombreux à avoir fait part de leurs doutes concernant la véracité de ces images qui sont passées au peigne fin depuis plusieurs jours par les sceptiques bien déterminés à comprendre le "trucage".

Face à ces accusations, le responsable de la communication de chez Volvo a été contraint de s'expliquer. Dans une interview au Wall Street Journal, Anders Vilhelmsson affirme une fois encore que la cascade a bel et bien été réalisée par JCVD et confirme également que les deux camions roulaient véritablement en marche arrière, saluant au passage l'exploit des chauffeurs. Il avoue cependant que de petits éléments cachés avaient été  mis en place pour assurer la sécurité de l'ateur.

Astuces
Selon lui, l'acteur était en fait suspendu à des câbles de sécurité. "Jean-Claude Van Damme était retenu par des câbles", avoue-t-il affirmant que cette cascade était beaucoup trop dangereuse que pour la réaliser sans filet.

En outre, les pieds de l'acteur n'étaient pas vraiment attachés au camion, mais ils étaient posés sur une petite plateforme construite au-dessus des rétroviseurs. "On a réalisé ce trucage pour ne pas qu'il meure au cas où il tomberait", explique-t-il. "Nous ne voulions en aucun cas être responsables de la mort du 'Muscles from Brussels'".