Illustration

Une plante antidouleur découverte au Cameroun

Magazine Santé & bien être
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

Des chercheurs ont trouvé à l'état naturel, dans le "pêcher africain", une molécule mise au point dans les années 1970 et largement commercialisée, le Tramadol. 

Nauclea orientalis (ou

Nauclea orientalis (ou "pêcher africain"), de la même famille que Nauclea latifolia, l'arbuste antidouleur découvert au Cameroun par des chercheurs franco-camerounais.  (TONY RODD/WIKIMEDIA COMMONS)

Un arbuste aux racines antidouleur. Une équipe de chercheurs a découvert qu'une plante africaine produisait naturellement d'importantes quantités de Tramadol, une molécule de synthèse largement commercialisée sous forme de médicament analgésique.

Le Nauclea latifolia (ou "pêcher africain") est un arbuste qui pousse en Afrique subsaharienne. "En médecine traditionnelle, notamment au Cameroun, cette plante est utilisée dans le traitement de différentes pathologies incluant l’épilepsie, la fièvre, le paludisme et la douleur", précise l'Inserm, mercredi 25 septembre. Sur place, l'équipe franco-camerounaise a isolé le composant analgésique de cette plante et constaté qu'il s'agissait d'une molécule "identique au Tramadol, un médicament de synthèse mis au point dans les années 1970 et utilisé couramment dans le traitement de la douleur".

Le directeur des recherches, Michel De Waard, évoque une "découverte extraordinaire"."C'est la première fois qu'on trouve un médicament de synthèse, fait par l'homme, directement dans une plante, à cette concentration." En effet, il explique que 20 grammes de cette plante suffisent à fabriquer une pilule de Tramadol. Une trouvaille qui "ouvre des perspectives aux populations locales pour accéder à une source de traitement bon marché et valide les concepts de médecine traditionnelle", s'enthousiasme l'Inserm.

Par Nora Bouazzouni

FranceTvInfo, 25/09/2013

Et vous ? Qu'en pensez-vous ?
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami