Illustration

Cameroun - Destruction programmée de l'Université des Montagnes: L'Organisation Jeunesse Africaine saisit l'UNESCO

News Débats et Opinions  Cameroun
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

Organisation Jeunesse Africaine

Objet: Cameroun - Destruction programmée de l'Université des Montagnes: L'Organisation Jeunesse Africaine saisit l'UNESCO

1. Qui sommes-nous?
L'Organisation Jeunesse Africaine (OJA) est un organisme de la société civile, qui a pour but de recenser, à l’échelle globale, les problèmes dont sont victimes les jeunes Africains (violence étatique, guerres, famine, éducation, santé, environnement, etc.), de les évaluer, les traiter et les soumettre aux autorités et institutions compétentes afin que celles-ci transforment les solutions élaborées en faits durables. Face aux multiples problèmes auxquels ils sont confrontés, et en raison du déficit de diffusion des informations sur leur vécu à l'échelle mondiale, la place qu’occupe l'OJA en tant que cadre institutionnel qui porte leurs voix auprès des décideurs est reconnue. L’OJA comble donc un grand vide, non seulement en alertant l’opinion publique et les institutions compétentes sur les abus de toutes sortes, mais aussi en proposant des solutions de nature à faciliter le réveil et le développement de la jeunesse africaine, jouant ainsi un rôle majeur dans la prévention de ces abus.

2. Pourquoi l’OJA saisit-elle l’Unesco?
Dans le préambule de la charte des commissions nationales de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la Science et la Culture (Unesco), les intellectuels et les hommes de science sont appelés à apporter leur concours actif à la réalisation des objectifs éducationnels de cette institution de l’Onu, et ce, en coopérant avec les populations. Quant aux États membres, ils ont le devoir de prendre des dispositions appropriées pour associer aux travaux de l’Unesco les principaux groupes nationaux qui s’intéressent aux problèmes d’éducation, de recherche scientifique et de culture. Les commissions nationales instituées en vertu de l’article VII de l’acte constitutif ont alors pour mission non seulement de faire connaître les objectifs de l’Unesco, mais aussi et surtout d’exécuter son programme en y intéressant l’opinion publique, les institutions nationales, les associations ou organisations non gouvernementales et les personnalités du monde de l’éducation de la science et de la culture de manière à mettre tous les États membres en mesure de contribuer au maintien de la paix, de la sécurité et de la prospérité commune de l’humanité. Pour y parvenir, l’Unesco travaille à promouvoir l’éducation de qualité comme un droit humain fondamental, ce qui entre en droite ligne des aspirations de la jeunesse africaine et rejoint le credo de l’Université Des Montagnes (UdM).

Illustration

 

3. Les faits dont il est question

Le 1er novembre 2013, le Ministre de l’enseignement supérieur du Cameroun, Jacques Fame Ndongo, signe l’ordonnance n° 2013/175/AED/BE ayant pour objet: «Conditions de formation des filières Médicale, pharmaceutique et Odontostomatologique». Dans cet arrêté, quatre points attirent l’attention de la jeunesse africaine:
1. Limitation du nombre d’étudiants : Alors que le Cameroun compte plus de 20 millions d’habitants et que l’Université des Montagnes forme les étudiants originaires de plusieurs pays africains, l’ordonnance ministérielle limite l’admission en première année à 500 étudiants en médecine, 150 en pharmacie et 150 en chirurgie. 2. Organisation unilatérale et secrète du concours d’entrée : L’ordonnance ministérielle institue un examen national obligatoire qui se déroule dans le secret absolu et instruit la commission d’examen de transférer les étudiants retenus à l’UdM. L’université des Montagnes, qui a toujours organisé ses concours selon les critères du mérite, ne peut désormais contribuer qu’au niveau de la constitution de la banque des sujets. Elle ne participe plus à l’élaboration des critères de sélection des candidats, ni à la correction, ni à la délibération, encore moins à la proclamation des résultats comme l’atteste le dernier concours organisé par le ministère de l’enseignement supérieur. 3. Fixation des frais de scolarité à la baisse: L’ordonnance ministérielle fixe, dans cette institution privée, les frais de scolarité à 50.000 Francs Cfa. Les frais d’entrée de 1.295.000 Francs Cfa étaient pratiqués par l’UdM et tenaient compte des paramètres objectifs liés à la valeur des infrastructures et à la qualité de l’enseignement. À la place, l’arrêté prévoit d’aider les étudiants à payer les frais à hauteur de 600.000 frs. Mais quand on sait que depuis sa création le ministère de l’enseignement supérieur et le gouvernement n’ont jamais accordé la moindre subvention à cette institution, la question reste de savoir quel type d’État émergera de cette ordonnance, et pour quel type d’interventionnisme. 4. Injonction autoritariste et menace de fermeture de l’UdM : L’ordonnance ministérielle se termine par une injonction antidémocratique et très autoritaire qui stipule que le non-respect scrupuleux de son contenu entrainerait le retrait, à l’UDM, de son agrément, en d’autres termes, l’institution sera fermée.

4. En quoi la jeunesse camerounaise et africaine est-elle concernée?
La respectabilité internationale que l’Université des Montagnes a acquise sur le terrain du déploiement des valeurs du mérite a eu pour effet que les étudiants désirant s’y inscrire ne proviennent pas seulement du Cameroun, mais de toute la sous-région d’Afrique centrale et au-delà. Comme le révèle le professeur Ambroise Kom, «une symphonie multiculturelle autour des valeurs de travail, de probité, de productivité, bref de la recherche de l’excellence dans le respect de l’éthique s’est mise en marche à l’université des Montagnes.» La jeunesse africaine a donc trouvé dans cette institution des valeurs qu’elle recherchait et qui lui manquaient pour se réaliser de façon à être apte à la compétition internationale. À ce niveau, il importe de rappeler que l’Université des Montagnes avait été créée pour donner un avenir différent à cette jeunesse à un moment où le régime avait renforcé une politique dite d’équilibre régional qui s’était traduite finalement dans les faits par la mise à l’écart des plus compétents et la promotion des médiocres, ce qui a favorisé l’exacerbation de la corruption dans les milieux universitaires. Si donc le contenu de l’ordonnance susmentionnée venait à entrer en vigueur, ce serait un retour aux pratiques obscurantistes vis-à-vis desquelles l’Université des Montagnes a pris des distances depuis sa création. Et ce sont les jeunes de 18 à 23 ans qui seront sacrifiés à l’autel de la volonté de puissance de ceux qui ont la charge du ministère de l’enseignement supérieur. Car, cette ordonnance ne pouvait voir le jour que dans un régime où chaque directeur, sous-ministre ou ministre, comme un roi en puissance, fait la pluie et le beau temps dans sa sphère d’influence. Que le ministre veuille absolument organiser des concours échappant au contrôle de ceux qui ont la charge d’une université, qu’il veuille y imposer des étudiants choisis par ses services et qu’il décide unilatéralement de baisser les frais universitaires pour susciter le désengagement des partenaires et paralyser son fonctionnement, participe d’une stratégie de phagocytose destructrice qui sied à une praxis politique bien connue au Cameroun.

 

Il s’agit, dans cette stratégie, de semer à l’Université des Montagnes les germes qui faciliteront son autodestruction à terme. Les raisons économiques de la mise en mouvement de cette stratégie ne sont pas des moindres : la dernière convention de financement signée entre l’Agence Française du Développement et l’Université des Montagnes à hauteur de 7,72 millions d’euros est perçue par la hiérarchie ministérielle comme un acte favorisant l’émergence d’un pôle de puissance (financière) pouvant à la longue faire ombrage à son propre pouvoir. Telle est la réalité décevante au prisme de laquelle on peut comprendre l’origine du retard du Cameroun et de l’Afrique, ce que la jeunesse du continent n’est plus prête à accepter. L’OJA en appelle donc au retrait de cette ordonnance, d’autant plus qu’au-delà de la destruction de l’institution même, c’est la déconstruction du rêve de la jeunesse camerounaise et africaine qui est visée. De plus, faut-il le rappeler, la menace du retrait de l’agrément à l’université des Montagnes est une violation des principes fondateurs de la Déclaration universelle des droits de l'homme qui, en son article 26, alinéa 1, stipule que «toute personne a droit à l'éducation et que l'accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite». Enfin, l’ordonnance du ministre entre en contradiction avec la politique d’aide au développement paraphée entre les gouvernements français et camerounais. C’est pour exécuter les clauses de cette politique que l’État français, à travers l’Agence Française de Développement (AFD), s’est engagé à encourager et à financer le développement des structures et infrastructures de l’université des Montagnes. Lors de la signature de la convention de prêt, le 21 décembre 2012, M. Bruno Gain, ex-ambassadeur de France au Cameroun, a salué le mérite de l’UdM comme suit : «...Votre Université a démontré, par sa démarche et sa volonté, ses capacités à avancer dans cette voie de l’excellence ; c’est une voie exigeante, mais aussi porteuse d’espoir et d’avenir comme en attestent ses résultats. A ce jour, si j’en crois les statistiques disponibles, l’UDM accueille près de 1500 étudiants et a déjà mis sur le marché du travail 463 diplômés dont 216 médecins, 31 pharmaciens, 216 diplômés en technologies diverses (génie biomédical, informatique et réseaux, réseaux et télécommunications). Le taux d’insertion de ses diplômés atteint plus de 80%. La qualité des formations de cette institution est reconnue au plan national mais aussi à l’étranger, puisque la France, pour ne parler que d’elle, valide, via l’Université de Toulouse, les enseignements dispensés dans le cadre du doctorat de médecine. Les ambitions de l’Université des Montagnes soutenues par le financement de l’AFD, qui porteraient ses effectifs de 1 500 étudiants à 3 500 se veulent très encourageantes... Cette cérémonie me donne donc une fois de plus l’occasion de rappeler tout l’engagement et la volonté de la coopération française à participer à la formation de la jeunesse camerounaise, celle qui fera le pays de demain et lui donnera la dynamique nécessaire à sa croissance.» Voilà, Madame la directrice générale, les acquis de la jeunesse africaine, des acquis décrits par l’une des voix les plus autorisées. Nul n’a le droit de les sacrifier.
5. La place de l’Unesco dans la solution
L’objet de la présente requête est d’évaluer les différentes façons dont l’Unesco peut apporter son soutien à la défense des valeurs de l’université des Montagnes, lesquelles sont d’ailleurs inscrites dans la charte de cette organisation mondiale dont le Cameroun est membre et en possède une commission nationale. L’OJA souhaite donc que la commission nationale pour l’Unesco, en collaboration avec le Conseil exécutif de l’Unesco, fasse au ministre de l’enseignement supérieur des recommandations qui conduiront à l’annulation de l’arrêté ministériel en cause, et ce, afin d’éviter que l’État du Cameroun ne tombe dans le piège de la violation des conventions internationales en relation avec les valeurs de l’éducation qu’ils a lui-même signées. Une autre recommandation serait d’exiger au ministre, qui menace par sa circulaire de fermer l’université des Montagnes, d’éviter de s’installer dans une logique de l’arbitraire, tant qu’il est établi que son ordonnance a été rendue publique sans consultations préalables et après que l’Université des Montagnes eût arrêté son calendrier académique 2013-2014 et publié les dates des concours d’entrée.

Madame la directrice générale,
Quand des institutions qui poursuivent des causes nobles sont sollicitées par la jeunesse pour intervenir dans des cas d’abus dans la mesure où elles croient en l'éducation comme base de l'édification des sociétés humaines justes, démocratiques et pacifiques, elles ne peuvent rester indifférentes. Ainsi, en restant dans l’attente de la suite que vous donnerez à ce dossier, nous vous paraphrasons: «Le Cameroun a besoin de plus d'UNESCO encore», et vous prions de croire en l’expression de notre sincère collaboration.
Pour l’Organisation Jeunesse Africaine
Maurice NGUEPE
Le Secrétaire général

Par Maurice NGUEPE Le Secrétaire général de l’Organisation Jeunesse Africaine

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami