Illustration

Première session de la CNFMP

News Communiqué de presse  Cameroun
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

Le mardi 30 juillet 2013, s'est tenue dès 10h dans la salle de Conférences du Ministère de l'Enseignement Supérieur, la première session de la Commission Nationale de la Formation Médicale, Pharmaceutique et Odontostomatologique du cameroun (CNFMP)présidée par le Ministre de l'Enseignement Supérieur, le Ministre de la Santé Publique en étant le Vice-Président. Créée par arrêté n° 055/PM du 10 juin 2013 de Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, cette Commissionest chargée d'émettre des avis techniques sur la qualité de la formation des professionnels de la santé dans les établissements universitaires publics et privés et contribuer ainsi à l'amélioration substantielle de la qualité et du niveau de la formation médicale au Cameroun. Deux invités spéciaux prenaient part à cette session : Madame le Docteur Charlotte FATY NDIAYE (Professeur agrégé de médecine, spécialité: Odontostomatologie), représentante-résidente de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) au Cameroun et le Professeur Sahloul ESSOUSSI, Président du Conseil d'Evaluation de la Conférence Internationale des Doyens des Facultés de Médecine d'Expression Française (CIDMEF). Etaient également présents aux travaux: les présidents des Ordres Nationaux des Médecins, des Pharmaciens et des Chirurgiens dentistes, le représentant du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, les représentants des administrations partenaires, des chefs des institutions universitaires et des établissements publics et privés.

Au terme d'un examen approfondi des points inscrits à l'ordre du jour, les recommandations suivantes ont été adoptées:

I- Examen National d'Aptitude à la Formation Médicale au Cameroun

Cet examen créé par arrêté du Ministre de l'Enseignement Supérieur, aura lieu le 04 octobre 2013 dans les centres de : Bamenda, Bertoua, Buéa, Douala, Dschang, Ebolowa, Garoua, Maroua, Ngaoundéré et Yaoundé.

  • Les inscriptions à cet examen se feront en ligne sur les sites www.concours-medecine.uninet.cm et www.minesup.gov.cm
  • Les épreuves se déclinent en une épreuve écrite de coefficient 4 dont 2 pour la Biologie, 1 pour la Physique et 1 pour la Chimie. Une étude du dossier de chaque candidat sera prise en compte pour un coefficient global de 1. En lieu et place de l'oral, une seconde épreuve écrite intégrera la culture générale, la logique et le français ou l'anglais. Cette dernière épreuve aura pour coefficient 1. Le programme de l'examen est disponible dans les Universités d'Etat, et dans les Services du Gouverneur à Garoua (Région du Nord) et à Bertoua (Région de l'Est) ainsi que sur le site web du Ministère de l'Enseignement Supérieur, www.minesup.gov.cm.

A l'issue de ces épreuves, 800 candidats (soit 500 en médecine, 150 en pharmacie et 150 en odontostomatologie) seront retenus pour suivre les études dans les établissements accrédités (la commission a proposé au Ministre de rEnseignement Supérieur la clé de répartition des admis par établissement).

II- Etablissements habilités à dispenser les enseignements de Formation Médicale, Pharmaceutique et odontostomatologique pour l'année 2013-2014,

Sur la base des critères suivants:

  • La production d'un dossier administratif régulier (autorisation formelle délivrée par le Ministre de l'Enseignement Supérieur, après le visa du Premier Ministre, Chef du Gouvernement) ;
  • Les infrastructures d'accueil existantes et de qualité;
  • Les laboratoires complets et adaptés;
  • Les équipements adéquats;
  • L'hôpital d'application connu et efficient;
  • Les ressources humaines propres, permanentes, qualifiées et diversifiées;
  • Le partenariat avec une Université d'Etat;
  • La capacité financière de l'Etablissement.

Et à l'issue de l'évaluation tripartite MINESUP-MINSANTE-OrdresNationaux des professionnels de la santé, Six (06) établissements ont été retenus, à savoir:

  • la Faculté de Médecineet des SciencesBiomédicalesde l'Université de Yaoundé1;
  • la Faculty of Health Sciences de l'Université de Buéa;
  • la Faculté de Médecine et des Sciences Pharmaceutiques de l'Université de Douala;
  • la Faculty of Health Sciences de l'Université de Bamenda;
  • l'Institut Supérieur des Sciences de la Santé de Bangangté ;
  • l'Institut Supérieur des Technologies Médicales de Nkolondom à Yaoundé.

III- Autres examens nationaux

  • L'examen national de synthèse clinique et thérapeutique en 6ème année des études médicales, pharmaceutiques et odontostomatologiques créé par le Ministre de l'Enseignement Supérieur, sera organisé à la rentrée 2014.
  • L'examen national d'entrée en 4ème année créé par le Ministre de l'Enseignement Supérieur pour les établissements dont la filière médicale est agréée est ouvert aux étudiants venant des filières biomédicales des facultés habilitées (Universités de Dschang et de Ngaoundéré, notamment) et des IPES, sous certaines conditions valorisant le mérite, l'expérience et la compétence.
  • 20 postes d'Internat des hôpitaux (cycle créé le 11 juin 2013 par le 1Ministre de l'Enseignement Supérieur) seront ouverts à la rentrée académique 2013-2014 à l'Hôpital Général de Yaoundé (pour les six établissements accrédités) avec une prise en charge assurée par le Ministère de la Santé Publique, pour les meilleurs étudiants de la 6ème année des établissements dont la filière médicale a été accréditée.
  • Un examen national relatif au résidanat sera organisé à la rentrée académique 2013-2014 à l'intention des docteurs en médecine ayant une expérience requise.
  • Le cycle doctoral des études médicales est harmonisé pour une durée de 7 ans.

IV- Mesures transitoires pour le compte de l'année académique 2013-2014

  • Les meilleurs étudiants régulièrement inscrits en 2ème et 3ème années des filières médicales, pharmaceutiques et odontostomatologiques non autorisées feront l'objet d'une sélection spéciale par le Ministère de l'Enseignement Supérieur en vue de leur admission, à titre exceptionnel et dérogatoire, dans les établissements accrédités.
  • Les meilleurs étudiants qui ont terminé leur cycle de licence dans le cadre des filières médicales, pharmaceutiques et odontostomatologiques non autorisées reçoivent, à la fin de l'année, une attestation de licence biomédicale leur permettant de présenter le concours d'entrée en 4ème année des études médicales, pharmaceutiques et odontostomatologiques au sein des établissements habilités à cet effet.
  • Les meilleurs étudiants régulièrement inscrits en 4ème et Sème années des filières médicales, pharmaceutiques et odontostomatologiques non accréditées reçoivent à la fin de l'année une attestation de licence biomédicale avec des droits reconnus à ceux visés ci-dessus.
  • La formation dans les filières médicales, pharmaceutiques et odontostomatologiques est suspendue dans les établissements privés dont l'évaluation du plateau technique, des laboratoires, des ressources humaines propres, de la capacité financière et de l'hôpital d'application a été jugée inefficiente par la commission tripartite instituée par le Ministre de l'Enseignement Supérieur en 2012.
  • Les étudiants régulièrement inscrits dans les filières médicales non autorisées peuvent poursuivre leurs études dans les filières biomédicales agréées.
  • Les autres établissements préparant les étudiants aux examens nationaux (OSEP, HNO, HPO) et aux licences professionnelles qui désirent étendre leur formation dans les filières médicales, pharmaceutiques et odontostomalogiques doivent remplir les critères d'accréditation énumérés ci-dessus et demander formellement une autorisation de création et d'ouverture pour l'année académique 2014-2015. Leurs dossiers seront soumis à une évaluation rigoureuse en vue d'une accréditation éventuelle, après visa de Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, le cas échéant.
  • L'accréditation des établissements privés pour les filières médicales, pharmaceutiques et odontostomatologiques est subordonnée  à la contractualisation (Etat-IPES), à travers un cahier de charges précis opposable aux établissements privés jugés éligibles à l'accréditation. 

Tous les établissements ayant reçu l'autorisation formelle d'ouvrir les filières biomédicales poursuivent normalement cette formation, dans le strict respect des autorisations administratives prévues par la réglementation en vigueur, de l'éthique professionnelle, de la déontologie universitaire et de tous les pré-requis liés à l'assurance-qualité. Il importe de rappeler qu'aux termes du décret présidentiel n° 2001/145 du 03 juillet 2001 portant statut particulier des fonctionnaires de la Santé Publique, ceux-ci se repartissent ainsi qu'il suit: médecins, chirurgiens-dentistes, pharmaciens, infirmiers, personnels du génie sanitaire, techniciens médico-sanitaires, techniciens biomédicaux, personnels de la santé publique. Ainsj, les établissements dont les filières médicales, pharmaceutiques et odontostomatologiques n'ont pas été accréditées en 2013-2014, ont la possibilité d'assurer la formation des étudiants dans les cinq autres filières, à condition qu'ils aient rempli les exigences édictées par la commission nationale de l'enseignement supérieur privé, en attendant de faire acte de candidature pour l'année académique 2014-2015 en vue d'obtenir l'habilitation à ouvrir les filières médicale, pharmaceutique et odontostomatologique, après une évaluation méthodique, exhaustive et rigoureuse.

Fait à Yaoundé, le 01 Août 2013

Le Ministre de l'Enseignement Supérieur

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami