Illustration

Une étude de la Banque Mondiale met en évidence les lacunes de la politique camerounaise

Magazine Santé & bien être  Cameroun
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

Selon une analyse réalisée dans la sixième édition de sa publication semestrielle « Les Cahiers Economiques » et qui est intitulée «Vers une plus grande équité, une attention particulière à la santé» le bureau pays de la Banque Mondiale au Cameroun a mis en évidence tous les défis auxquels le système de santé publique doit encore faire face au Cameroun, bien que d’importantes ressources y aient été consacrées durant les deux dernières décennies autant par le trésor public que les familles.

L’analyse de la Banque Mondiale fait ressortir par exemple qu’il y a eu peu d'amélioration des indicateurs de santé du Cameroun au cours des vingt dernières années. Comme principal résultat, le gouvernement partage toujours aisément son succès dans la réduction de la mortalité infantile chez les enfants de moins de 5 ans. Mais l’analyse de la BM relève elle, que cette réduction est très légère et qu’à contrario, l’espérance de vie a fortement diminué. En d’autres termes, les gens survivent plus à leur naissance, mais ils vivent moins longtemps au Cameroun, pays où toujours selon l’analyse, le fardeau du financement des soins de santé est en grande partie assumé par les ménages car les mécanismes de compensation des risques sont presque inexistants.

Les analystes de la Banque Mondiale font aussi savoir dans leur analyse que bien qu’elles soient importantes, les ressources publiques affectées à la politique de santé ne sont pas toujours déployées là où elles sont le plus nécessaires. En conséquence, des disparités importantes existent dans l'état de santé entre les zones rurales et les zones urbaines, ainsi que dans tous les groupes socio-économiques. La Banque Mondiale estime que l'introduction du Budget programme en 2013 devrait améliorer l'efficacité des dépenses publiques.

Les Ministères de tutelle dont celui de la santé, ayant désormais plus de flexibilité dans la préparation et l'exécution de leurs budgets, mais étant également tenus responsables des résultats. Mais la BM pense que ce n’est pas suffisant. Elle estime que pour plus d’efficacité, une collecte pertinente de données et un système de gestion pourraient mieux aider les décideurs à surveiller l'état de santé plus régulièrement et s'assurer que les allocations budgétaires sont fondées sur les besoins et les performances effectives.

© Banque Mondiale

Lire la suite

Et vous ? Qu'en pensez-vous ?
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonces contextuelles