Illustration

L’Université de Douala récompensée

News Sur les Campus  Douala, Littoral, Cameroun
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

« Concevoir une chaine de conditionnement pour le haricot sec ». C’est avec ce projet que Serges Awono, Eric Ze et Cyrille Wong, étudiants finissants dans la filière « Technologies de construction industrielle » à la faculté de Génie industriel de l’université de Douala ont remporté le premier prix de la National Instruments Innovation Design Competition, organisée en collaboration avec le ministère de l’Enseignement supérieur. Selon ses concepteurs, le projet vient résoudre un problème rencontré par les Camerounais au sujet de la cuisson du haricot.

« Au cours de nos recherches, nous avons constaté que les Camerounais ne consomment pas assez le haricot à cause du temps de cuisson qui est élevé, autour de deux heures. Et il faut déjà avoir trempé le haricot la veille, pendant environ huit heures. Grâce à notre chaîne de conditionnement, nous avons choisi de faire bouillir industriellement le haricot et de le mettre à disposition de la population dans les supermarchés et boutiques. Désormais en 20 mn, chacun peut consommer facilement le haricot. Cet aliment a des propriétés que nous ignorons, car nous en avons une mauvaise perception, comme s’il s’agit de la nourriture des pauvres. A travers ce projet, nous allons permettre d’augmenter la consommation du haricot, de créer une demande, qui va faire en sorte que davantage de personnes cultivent le haricot. Notre rêve, mes camarades et moi, c’est de permettre qu’il y ait une filière du haricot dans notre pays, comme c’est le cas pour le cacao », explique Serges Awono.

Par ailleurs, le désir a été émis par Roland Leon Elongue, représentant de la National Instruments, l’organisateur du concours, de voir ce projet se transformer dans l’avenir en une Pme.

Le recteur de l’université de Douala, le Pr. Dieudonné Oyono, a remis aux vainqueurs leur prix, mardi dernier, dans les locaux de l’université. « Avec cette victoire, l’université de Douala a franchi une étape supérieure sur le chemin de la labellisation », déclare le Pr. Oyono, tout en louant les bienfaits de la formation technologique, qui permet aux pays de disposer de ressources humaines bien outillées dans la démarche de production des richesses par l’industrie. Pour le Pr. Nzengwa, doyen de la faculté de Génie industriel, il s’agit là d’une occasion de révéler au public ce que savent faire les étudiants de cette faculté.

Présente dans plus de 40 pays dans le monde, la National Instruments se présente comme le leader mondial dans l’instrumentation virtuelle. Plusieurs établissements publics et privés de formation des ingénieurs ont préparé des groupes d’étudiants au concours. Ceux-ci ont soumis des projets socioéconomiques pouvant promouvoir le développement des communautés camerounaises. Outre un chèque de 500 dollars US, les vainqueurs remportent un voyage tous frais payés pour les Etats-Unis, où leur projet représentera le Cameroun à une compétition internationale organisée par National Instruments.

Cameroon Tribune Jul 25th, 2013

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami