Illustration

UYI: Les étudiants de l’UYI vivent au rythme des notes de fin de semestre

News Kongo-Joss  Yaoundé, Centre, Cameroun
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

Depuis le mois de juillet, les étudiants de l’UYI vivent au rythme des notes de fin de semestre

Il gronde, le babillard !

De loin on peut apercevoir du monde qui se bat à observer sur un tableau. De même des échos des cris de joies et d’angoisses qui s’entremêlent. Mais pour quelle raison toute cette ambiance ? Bienvenu au babillard !

Ici, tout le monde arrive avec un trait commun, le cœur qui bat la chamade. Egalement, le seul antidote capable d’arrêter cette fréquence quelque peu élevée des battements cardiaques, est la note indiqué au babillard. Encore qu’elle peut être négative (en dessous de 50/100), positive (supérieure ou égale à 50/100), ou même ne pas exister !

Si le babillard reste un lieu mythique pour les cops, c’est bien à cause de ce qu’il porte de particulier, les notes. Des notes fruit du travail fourni durant toute une année académique. En fonction de quoi, on se voit admis à un niveau supérieur, ou tout simplement recaler. Cependant, pourquoi paniquer quand un voisin à la cité nous lance : « le babillard a grondé ! ». La vraie magie c’est le travail, chantait l’artiste.

Ainsi, tout les cops savent ce qu’il faut faire pour s’assurer une capitalisation totale de leurs Unités d’Enseignements (UE). Se mettre au travail dès le premier jour, entre cour magistrale, travaux dirigés et spéciaux, sans oublier une inscription dans les délais.

Et vous ?

  • Quelle note avez-vous obtenu ?
  • Comment vivez-vous ces résultats ?

Roméo DZEKENG

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami