Illustration

Vos ronflements peuvent bloquer vos artères

Magazine Santé & bien être
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

someil-2

Les ronflements peuvent non seulement vous épuiser, faute de sommeil réparateur, mais peuvent également affecter votre santé de bien des manières. 

Des scientifiques taïwanais ont analysé les données de 1.000 patients souffrant d’apnée du sommeil et 6.000 qui ne ronflaient pas. Les premiers étaient 1,67 fois plus susceptibles de développer un glaucome – une pression accrue dans le globe oculaire provoquant une perte progressive de la vue. Les chercheurs pensent que cela peut s’expliquer par le fait que l’apnée du sommeil diminue la quantité d’oxygène disponible dans l’oeil et augmente de la sorte le risque de glaucome.

Autre risque: le ronflement peut déclencher des accidents vasculaires cérébraux et des problèmes cardiaques. Les ronfleurs fréquents sont en effet plus susceptibles d’avoir des artères carotides rétrécies – soit les principales artères du cou qui fournissent du sang oxygéné au cerveau. Les chercheurs de l’Université de Detroit pensent que les vibrations engendrées par les ronflements peuvent entraîner une inflammation qui mène à l’épaississement des artères, augmentant le risque d’AVC. De plus, le ronflement peut également provoquer un durcissement des artères autour du coeur, ce qui peut conduire à des crises cardiaques.

Insomnie et cancer
Le manque de sommeil peut non seulement conduire à des variations de l’humeur, il peut également augmenter le risque de développer un cancer. Dans une étude publiée dans la revue Cancer, Epidemiology, Biomarkers & Prevention, les hommes déclarant avoir des troubles du sommeil semblent être jusqu’à deux fois plus susceptibles de développer un cancer de la prostate que ceux qui dorment bien.

Les auteurs expliquent que le manque de sommeil peut conduire à de faibles niveaux de mélatonine. Cette hormone est libérée la nuit et crée un état de somnolence. L’exposition à la lumière, comme une lampe de chevet ou un téléviseur, empêche la libération de la mélatonine. Or, celle-ci peut aider à limiter la croissance tumorale alors que lorsque sa concentration est faible, cela peut accroître le risque de cancer.

Une étude japonaise a également découvert que les femmes qui dormaient six heures ou moins chaque nuit avaient 62% de risques en plus de faire face à un cancer du sein que celles qui dormaient sept heures ou plus.

AFP, Sep 11th, 2013

Et vous ? Qu'en pensez-vous ?
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami