Illustration

Cameroun: Le débit Internet devrait s’améliorer

News Actualité  Cameroun
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

C’est à la faveur du transfert mercredi au gouvernement du point d’atterrissement du câble sous-marin à fibre optique déployé par Mtn. 

Dans quelques semaines, les utilisateurs d’Internet au Cameroun ne devraient plus se plaindre de la connectivité (lenteur, interruption, etc.), encore moins de son coût élevé. Ceci, grâce à la mise en service du West African Cable System (WACS), un câble sous-marin à fibre optique dont la station d’atterrissement a été construite à Limbe, dans la région du Sud-Ouest. En effet, le mémorandum d’entente pour le transfert de propriété de cette structure au gouvernement du Cameroun par le groupe MTN International a été signé mercredi à Yaoundé. Jean-Pierre Biyiti bi Essam, ministre des Postes et Télécommunications (Minpostel), représentait le gouvernement, alors que Kamal Fayed, venu spécialement de Dubaï et Karl Toriola, directeur général de MTN Cameroun, étaient les mandataires du groupe. En effet, si l’opérateur de téléphonie mobile a activement participé à la mise en place de ce câble sous-marin et à la construction de la station de Limbe, c’est le Cameroun qui en est désormais le seul propriétaire, après avoir racheté les droits de propriété de MTN. 

Pour le Minpostel, la cérémonie d’hier marque « une étape décisive dans la diversification de l’offre de capacités sous-marines pour l’accès généralisé des Camerounais au large bande ». En effet, en ce moment, les communications en partance du Cameroun transitent uniquement par le SAT-3, un câble sous-marin déjà saturé. Avec la mise en fonction du WACS, les raccordements seront donc diversifiés. « C’est comme un stade de football. Grâce aux multiples portes prévues, les spectateurs peuvent s’en aller à la fin d’un match sans difficultés », a expliqué un responsable du Minpostel. Et de l’avis de Denis Ngae, directeur des infrastructures au Minpostel, ce nouveau câble ne sera pas seulement bénéfique au Cameroun. « Les pays de la sous-région qui n’ont pas accès à la mer pourront également transiter par le WACS pour avoir accès à l’international », souligne-t-il.

© Jocelyne NDOUYOU-MOULIOM | Cameroon Tribune

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami