Illustration

Cameroun - Remaniement Ministériel: Le Premier Ministre est anglophone

News Actualité  Cameroun
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

Après avoir pensé que cette fois, entre Amadou Mi, Ibrahim Talba Malla et Alamine Ousmane Mey, l'un des 3 pourrait remplacer à l'immeuble Etoile Philémon Yang au prochain gouvernement. C'est d'ailleurs à cet effet que de nombreux regards se sont tournés, avant lundi de la semaine dernière, sur l'honorable Emilia Monjowa Lifaka, députée du Fako-Ouest et vice-présidente de l'Assemblée nationale lors de la législature précédente. La réélection de Cavaye Yeguie Djibril au perchoir de la Chambre basse, est venue estomper bien des ardeurs. A première vue, comme cela se murmure naïvement sous les chaumières, cette réélection donnerait l'impression que tel l'arapède, ce coquillage méditerranéen réputé indélogeable du rocher sur lequel il a élu domicile, l'indéboulonnable président de l'Assemblée nationale s'accroche comme un forcené à son poste. Pourtant la réalité est tout autre. D'abord, on doit savoir que pour tenir fermement son pouvoir, le Président Paul Biya a besoin d'un certain nombre de personnes pour que celles-ci aient une mainmise réelle et sincère sur un certain nombre de leviers dont les socles prennent ancrage sur une conjonction d'intérêts politiques et d'alliances de réciprocité secrètement tissées. On pourrait dire que Cavaye Yeguié Djibril fait partie de ces personnes. 

Nonobstant, l'effet de saturation qui pourrait amener certains analystes à percevoir les choses autrement. Ensuite, on n'éludera pas l'évidence: ce sont les rapports politiques et historiques que l'ex-Cameroun oriental entretient, depuis la Réunification d'octobre 1961 avec la partie anglophone. Malgré cette réunification, cette partie du pays s'est toujours sentie frustrée parce que les 2 présidents Ahmadou Ahidjo et Paul Biya sont des francophones. L'une des conditions pour que le Cameroun soit admis au Commonwealth, aura été la prise en compte de certaines de ces frustrations sur le plan politique. D'où ce poste de Premier Ministre qui doit inéluctablement revenir à un anglophone. Enfin, 2 autres constances se dégagent largement: tous ceux qui sont devenus Premier Ministre ces dernières années, après Peter Mafany Musonge, étaient des secrétaires généraux adjoints de la présidence de la République. Qu'il s'agisse d'Ephraïm Inoni, ou de Philémon Yang. A qui le tour? Peter Agbor Tabi ? La deuxième constance, ce sont ces anciens Pm qui sont recasés à la Grande chancellerie des ordres. Il en fut ainsi de Peter Mafany Musonge, aujourd'hui Président du groupe parlementaire du Rdpc au Sénat. En serait-il de même de Philémon Yang? Quant à Cavaye Yeguie Djibril, il serait très tôt de le faire partir de l'Assemblée nationale, sans que son prochain point de chute ait été aménagé. Au Conseil constitutionnel ou au Conseil économique et social?

La Nouvelle

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami