Illustration

Cameroun – Université de Douala : le réseau Camtel suspendu

News Sur les Campus  Douala, Littoral, Cameroun
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami
Annonce Google

La société de télécommunications réclame une dette excédant la centaine de millions à l’institution universitaire. 

Universite_Douala

L’interruption du réseau telephonique de la Cameroon Telecommunication (Camtel) d’après des sources, date du 29 Octobre 2013. Date à laquelle, une correspondance ayant pour objet avis de coupure a été adressée à Amvam Zollo Paul Henri, le recteur de l’Université de Ngaoundéré.

La réprésentation régionale pour l’Adamaoua de la Camtel qui n’est autre que l’operateur public des télécommunications, fait une réclamation d’une somme qui est d’un peu plus de 104 millions de nos francs à l’institution académique de la ville château d’eau du Cameroun. L’argent qui est ainsi revendiqué à l’institution universitaire, répresente les impayés de factures de téléphone accumulés depuis le mois d’Août 2013.

Depuis cette date , le personnel enseignant, le personnel d’appui, ainsi que les étudiants de l’université de Ngaoundéré sont simplement sévrés d’accès au réseau des trélécommunications de la Camtel. Dans le même sens, la connexion à internet, qui y parvenait à travers le canal de la fibre optique, a elle aussi été suspendue.

Mauvaise foi ou dilapidation du bien public ?
L’Université ser ait dotée d’une ligne particulière au sein du campus. A partir de cette dernière, les employés pouvaient communiquer. Cependant, les employés de l’université, dans leur utilisation de ce service, ne se seraient pas seulement contentés d’effectuer des appels en rapport avec leur profession.  C’est ainsi que ce service se serait transformé en véritable « call box ». Les coups de fil en direction des amis et à la famille sont devenus monnaie courante dans l’université. Ce qui a favorisé l’ahurissante facture sur la table  du recteur.

Aux dernières nouvelles, selon des sources proches du rectorat de l’université, le recteur ne serait pas en ce moment, en odeur de sainteté avec les principaux responsables des services qui beneficient de cet avantage gaspillé. Toutefois, la Camtel de la région de l’Adamaoua, entend rentrer dans ses droits, ne fusse que de manière partielle, afin de pouvoir lever la mesure de suspension de ses services. Tout compte fait, une devra être payée.

Le Soir

Réagissez à cette actualité...
Faites nous part de votre réaction en laissant un commentaire.
Je donne mon avis
Partager sur Facebook   Google+   Twitter   Envoyer à un ami